Marie-Pierre Arthur à Alma

Le charme opère

Il faudrait avoir un coeur de pierre enrobé... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

Il faudrait avoir un coeur de pierre enrobé dans du béton pour ne pas succomber à l'énergie contagieuse de Marie-Pierre Arthur. C'est du moins ce qu'on est porté à croire en voyant l'auteure-compositrice-interprète sur scène.

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
JOËL MARTEL
Le Quotidien

Il faudrait avoir un coeur de pierre enrobé dans du béton pour ne pas succomber à l'énergie contagieuse de Marie-Pierre Arthur. C'est du moins ce qu'on est porté à croire en voyant l'auteure-compositrice-interprète sur scène.

C'est en format intimiste hier à la salle Michel-Côté d'Alma que Marie-Pierre Arthur s'est produite devant un peu moins d'une centaine de spectateurs. Il n'y avait peut-être pas foule, mais une chose est certaine, Arthur et sa bande de musiciens chevronnés ont su installer une ambiance fort chaleureuse dans la salle qui avait été aménagée en mode cabaret.

Accompagnée de deux prodigieux guitaristes aux sonorités inventives, d'un claviériste aux arrangements sophistiqués, d'une choriste à la voix irrésistible ainsi que d'un batteur littéralement en feu, Marie-Pierre Arthur a fait honneur à sa réputation de musicienne dans l'âme.

Le public aura ainsi eu droit à une sélection triée sur le volet de ses meilleures chansons, mais surtout, à des relectures brillantes de ses (déjà !) classiques.

À titre d'exemple, on peut dire sans même hésiter que le public a été complètement soufflé par la chanson Fil de soie qui a été revisitée à la sauce Tears For Fears. Non seulement l'effet était tout simplement bluffant, mais c'était là une autre preuve indéniable que la chanteuse est avant tout une musicienne qui n'a aucunement peur du risque et de l'exploration. Une chose de plus en plus rare dans une industrie où tout un chacun préfère souvent jouer de prudence en demeurant dans sa zone de confort.

Sinon, les spectateurs auront aussi eu droit à des interprétations plus fidèles à leurs versions originales, mais livrées avec une énergie absolument sidérante. Pensons ici à Emmène-moi avec son tempo entraînant rappelant la cadence entraînante d'un Lust For Life d'Iggy Pop.

Mais outre l'énergie qui est décidément au rendez-vous, le public aura pu assister à de nombreuses leçons de virtuosité de la part des musiciens. Par exemple, un duo à la fois hypnotique et infernal de solos de guitare aura assurément satisfait même les oreilles les plus endurcies tandis qu'un solo de batterie aura su démontrer que lorsqu'une telle prestation est faite avec talent, elle va bien au-delà de la démonstration pour ainsi se transcender en une certaine forme d'art.

Disons-le, un concert de MariePierre Arthur est à la musique ce que certains « feel good movies » sont au cinéma, c'est-à-dire qu'on nous présente une oeuvre qui nous va droit au coeur tout en s'adressant avec intelligence à notre tête.

Ils sont trop rares ces artistes à posséder ce pouvoir de nous élever, ne serait-ce que le temps d'un concert, et c'est un devoir de le souligner.

THUS OWL

Les spectateurs auront eu la chance de savourer en bonus une première partie de choix. En effet, voilà que le duo Thus Owl officiait en guise d'ouverture du concert.

À quelques semaines d'une tournée en Europe, le duo avait procédé au lancement d'un EP la journée même.

Au menu, des chansons aux arrangements époustouflants rappelant parfois les courtes symphonies de Roxy Music, des ambiances qui semblaient parfois faire de petits clins d'oeil subtils à Portishead et surtout, des oeuvres originales qui ne font aucun doute quant à l'écriture visionnaire du duo.

Alors voilà, petit conseil comme ça, courez immédiatement vous procurer un des albums du duo avant qu'ils ne valent de l'or !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer