Un premier album pour Rosie Valland

L'art de transcender la fin d'une relation

Rosie Valland est la première à sortir un... ((Courtoisie))

Agrandir

Rosie Valland est la première à sortir un album sur l'étiquette Duprince, fondée par les Saguenéens Fred Poulin et Éric Harvey. Elle procédera à son lancement le 25 septembre, au Sous-Bois de Chicoutimi.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Elle a créé un bien bel album, Rosie Valland. Son premier, né dans la foulée d'une relation qu'elle-même qualifie de compliquée. C'est pour cette raison que huit des neuf chansons regroupées sur Partir avant s'adressent à l'autre, à la deuxième personne du singulier.

«C'est comme un dialogue qui aurait été rêvé. L'écriture des textes s'est faite rapidement, à l'été 2014, et a constitué une forme d'exutoire. Ça m'a aidée dans le processus de deuil», a raconté l'artiste il y a quelques jours, à la faveur d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

Déjà, au moment de présenter les pièces à ses complices, le quitariste Jesse Mac Cormack et le batteur Jean-Philippe Levac, cette démarche artistique avait exercé un effet bienfaisant. «Je commençais à me dissocier de ce qui était arrivé», note Rosie Valland.

Tout aussi naturellement, vu la nature du projet d'écriture, elle et ses camarades ont fait de Partir avant un album concept. C'est dans cet esprit que quelques compositions sont demeurées inexploitées, par souci de cohérence. À l'ère des chansons vendues à l'unité, vite consommées, vite oubliées, ce choix ne coulait pas de source.

«Le pouvoir de ce genre de disque tient au fait qu'il amène l'auditeur à s'intéresser à toutes les chansons, même à celles qu'on aime moins spontanément que les autres et qu'on finit par préférer, énonce Rosie Vallant. Souvent, ce sont celles qui vieillissent le mieux.»

Lancement au Sous-Bois

Les arrangements concoctés par Jesse Mac Cormack se révèlent séduisants. Par bouts, on pense à Daniel Bélanger pour le côté soyeux. Parfois aussi à Salomé Leclerc. Là encore, on sent une unité de ton, ce qui ne signifie pas que les musiques sont toutes pareilles.

«Jesse a été là où les chansons voulaient aller. C'est vrai que parfois, le propos est direct, mais je voulais que les ambiances soient naturelles et douces», explique Rosie Valland. Fière du produit fini, elle avait hâte de procéder au premier des trois lancements figurant à son agenda, celui de jeudi dernier, à Montréal.

Un autre était prévu à Québec, tandis que le 25 septembre, on la verra atterrir au Sous-Bois de Chicoutimi avec trois musiciens. Pendant une heure, le disque sera à l'honneur. Le groupe prendra le temps d'allonger les interprétations, dont les arrangements ont évolué depuis leur gestation en studio.

Ensuite, il faudra voir Ariane Moffatt ou les soeurs Boulay pendant leurs visites dans la région pour l'entendre, du moins au cours de l'automne et de l'hiver. La jeune femme assurera la première partie de leurs spectacles, tout en effectuant quelques sorties en formule trio.

Pour revenir à l'album, si on regarde bien la tranche, on remarque qu'il porte la mention DUPR001, ce qui signifie que c'est le premier enregistrement commercialisé sous l'étiquette Duprince. Elle a été fondée par deux Chicoutimiens, Fred Poulin et Éric Harvey.

«C'est spéciale d'être la première. J'avais d'abord rencontré les gars pour assurer ma gérance et à un moment donné, ils m'ont parlé du label, raconte Rosie Valland. J'ai senti qu'ils avaient l'énergie nécessaire afin de pousser mon projet et j'ai décidé d'embarquer.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer