Roch Voisine à Alma

La magie opère toujours

Presque trente ans après ses débuts, il n'y pas à douter que la magie et le... ((Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens))

Agrandir

(Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Presque trente ans après ses débuts, il n'y pas à douter que la magie et le charisme de Roch Voisine opèrent toujours.

Le chanteur à la voix irrésistible était de passage hier soir à Alma à la salle Michel-Côté, afin de présenter son concert judicieusement intitulé Roch n' Folk. Bien que l'auteur-compositeur-interprète se soit retrouvé devant une salle remplie un peu plus qu'à la moitié, Roch Voisine a su livrer le meilleur de lui-même et de ses chansons.

D'entrée de jeu, c'est en formule solo que le chanteur et musicien s'est présenté sur scène. Proposant une version dépouillée, mais très intense, de sa chanson By Myself, Roch Voisine a aussitôt mis le grappin sur son auditoire qui était littéralement pendu à ses lèvres.

Faisant quelques blagues à propos de l'été qui semble vraiment ne pas vouloir s'en aller, le chanteur a immédiatement donné le ton à la soirée qui allait suivre en affirmant : « Je vous l'avais dit que ça ferait un peu feu de camp. »

L'artiste ne pouvait pas mieux dire, car tout au long de ce programme riche en chansons, la proximité était palpable entre le chanteur et ses nombreux fans.

Multipliant les interventions auprès du public entre chaque chanson, Roch Voisine a su émouvoir et même faire rire ses spectateurs. À cet effet, soulignons notamment ce moment où il a fait allusion à une chanson de Neil Young dont Stephen Harper s'était servie pour sa campagne électorale. « On me reproche souvent de ne pas être un artiste très politisé, de dire avec un sourire dans la voix le chanteur. Saviez-vous que Neil Young avait demandé à Stephen Harper de ne plus se servir de sa chanson ? Eh bien! imaginez-vous qu'il m'est arrivé une histoire semblable. Il y a quelques années, une politicienne s'était servie d'une de mes chansons pour sa campagne et elle a même remporté les élections pour devenir mairesse de Toronto. Mais bon, quand j'ai su l'histoire et que j'ai voulu lui signifier qu'elle aurait pu me demander ma permission, elle n'était déjà plus mairesse. »

Outre cette anecdote savoureuse, Voisine a parlé des chansons qu'il avait écrites à ses deux enfants, expliquant qu'une fois arrivé à son deuxième garçon, il devait composer avec la pression d'écrire une chanson au moins aussi bonne que celle pour son premier enfant.

Côté chansons, le répertoire aura été essentiellement anglophone. Le chanteur aura ainsi survolé ici et là ses différents albums et il aura même offert un medley fort apprécié de titres tirés de ses albums country de la série Americana.

Au moment de quitter pour écrire ces lignes, Voisine était d'ailleurs en train de livrer une interprétation de Ring of Fire de Johnny Cash et la fête semblait définitivement prendre son envol.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer