Un spectacle concentré sur ses albums en anglais

Du Voisine en Roch and Folk

Roch Voisine se présentera sous un jour différent... ((Courtoisie))

Agrandir

Roch Voisine se présentera sous un jour différent vendredi, à l'occasion de la tournée Roch and Folk qui s'arrêtera à Alma et La Baie.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Roch Voisine est tout, sauf routinier. Alors que la plupart des chanteurs promènent le même spectacle pendant deux ou trois ans, parfois sans changer une note, il lui arrive de jongler avec trois productions à la fois, comme c'est le cas présentement.

Pendant le plus clair de l'été, l'une d'elles lui a permis de faire la tournée des festivals. Ce fut l'occasion de revisiter ses grands succès en limitant les interventions parlées à leur plus simple expression. Un autre projet, celui de Forever Gentlemen, est présentement en gestation, tandis que le concept Roch and Folk arrive sur ses derniers milles.

«Ça demande de la souplesse, puisqu'il faut s'adapter aux différents marchés où j'évolue. En même temps, j'aime le faire. J'y suis habitué. Je ne veux pas toujours arriver avec la même chose», a commenté Roch Voisine il y a quelques jours, à l'occasion d'une entrevue téléphonique accordée au journal.

Chaque projet rejoint une part de ce qu'il est, ainsi que le constateront les personnes qui, le 17 et le 18 septembre, assisteront aux spectacles donnés à la Salle Michel-Côté d'Alma et au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi. Son incarnation Roch and Folk, qui sera alors mise en relief, le fera évoluer dans un cadre plus intimiste qu'à l'ordinaire.

«C'est un événement très folky où tout le monde chante, où on joue sur notre côté multi-instrumentiste. Ce n'est pas le moment de faire des pièces comme Hélène et Darling. Ça permet aux gens de me voir dans un autre univers que la pop des années 1980», explique le chanteur.

country et folk

La tournée Roch and Folk a été conçue pour le Canada anglais, ce qui n'a pas empêché les Européens de lui faire honneur. Le Québec n'avait pas été sollicité avec insistance, si bien que la première incursion au sein de la société distincte fut brève. La réaction des diffuseurs a toutefois justifié un second passage, qui sera le premier dans la région.

Les chansons proposées proviennent, pour l'essentiel, du répertoire anglophone de Roch Voisine. C'est dans cet esprit que l'album Movin' on Maybe, son plus récent, est très sollicité. «Même si on ne fait pas juste des choses en anglais, cette tournée, c'est une façon de dire que j'ai d'autres compositions», mentionne l'artiste.

Grâce à la magie du folk, à cette façon qu'il a d'abolir la distance entre la scène et la salle, la communication est plus spontanée. «On jase en masse. J'aime raconter des histoires et il y en a une pour quasiment toutes les chansons», rapporte Roch Voisine.

Ce faisant, il met ses pas dans ceux de ses idoles de jeunesse, les James Taylor et Gordon Lightfoot de ce monde. «Je suis attiré par les gens qui chantent bien», confie l'artiste. Comme eux, comme aussi les Eagles, il aime faire des pas de côté sur la mince ligne séparant le folk du country.

«Si on utilise la mandoline ou l'harmonica, tout à coup, ça sonne folk. C'est un mode d'expression plus global, qui permet de faire voyager des idées et d'explorer des états d'âme, énonce Roch Voisine. Par contre, si on ajoute de la ''pedal steel'', on se retrouve dans l'univers du country et là, on raconte la vie de tous les jours.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer