La Coco Fiesta à Alma en décembre

La Coco Fiesta, c'est un voyage organisé qui... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

La Coco Fiesta, c'est un voyage organisé qui fait oublier le froid, les journées qui raccourcissent, l'hiver toujours trop long.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La Coco Fiesta déploiera ses ailes jusqu'à Alma, cette année. Ce spectacle créé en 2013, dans le hangar de la zone portuaire de Chicoutimi, effectuera une première sortie les 18 et 19 décembre, à l'hôtel Universel. Elle s'inscrira dans la foulée des six représentations tenues les 27 et 28 novembre, ainsi que les 4, 5, 11 et 12 décembre, au Saguenay.

Six soirs au hangar, c'est l'équivalent de l'offre proposée l'automne dernier. La salle de 300 places avait souvent affiché complet et comme une partie de la clientèle provenait du Lac-Saint-Jean, ce qui est aussi le cas de quelques danseurs et membres du comité organisateur, l'idée de tâter ce marché s'est imposée.

«Nous disposerons de 225 places à l'hôtel Universel et nous devrons nous adapter à la salle, puisqu'elle est plus carrée que le hangar. Ça va surtout concerner l'animation pendant le repas. Pour le spectacle, ce sera comme à Chicoutimi», a expliqué la directrice générale des Productions Zan, Suzanna Gaudreault, au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.

Le concept développé avec un succès croissant, depuis deux ans, demeurera essentiellement le même. Le public entrera dans la salle comme dans un avion le menant vers une destination exotique.

«Les gens sont accueillis par des hôtesses et pendant le repas, on présente des danses provenant de différents pays, ceux qu'ils sont censés survoler», décrit Suzanna Gaudreault. Ensuite, c'est le spectacle, un gros party qui se vit beaucoup sur la piste de danse. Un joyeux délire dont on fait l'expérience en groupe, entre amis ou collègues de travail.

Le marché des partys de bureau constitue le pain et le beurre de la Coco Fiesta. Certains soirs, l'an passé, il est même arrivé que le hangar soit retenu par une seule entreprise. Ça ne veut pas dire, cependant, que les groupes restreints ne sont pas les bienvenus. «Il y a de la place pour eux aussi», assure l'initiatrice du projet.

Un nouveau collaborateur

En plus de fréquenter le Lac-Saint-Jean, la Coco Fiesta profitera de l'édition 2015 pour accueillir un nouveau collaborateur. Il s'agit d'un visage familier pour les habitués du Festival Sidanse, l'autre bébé de Suzanna Gaudreault, soit le danseur et chorégraphe Jonathan Platero.

Celui qui s'est constitué une légion de fans grâce aux émissions Glee, So You Think You Can Dance et Dancing With The Stars proposera une chorégraphie de son cru. Il viendra également au Saguenay, en octobre, pour aider la troupe à l'apprivoiser.

«Pour nos danseurs, ça représentera une belle expérience. Son numéro sera de type salsa», révèle Suzanna Gaudreault. Il sera intégré à un spectacle où les rythmes latins, pop et hip-hop seront abondamment exploités. Ce sera l'occasion de redécouvrir des chansons qui ont squatté le sommet du palmarès dans un contexte plus stimulant que celui d'un clip.

À chaque soir, 17 danseurs seront mobilisés et comme la Coco Fiesta ne cesse de prendre de l'expansion, l'heure est venue de préparer une relève. C'est ainsi que samedi, pour la première fois, des auditions ont été tenues à Chicoutimi. On voulait identifier des personnes susceptibles de participer à la production.

«À compter de septembre, celles qui auront été choisies suivront des cours donnés par nos danseurs. Le programme de formation comprendra de la salsa, du hip-hop et de la danse africaine, entre autres choses. Nous souhaitons recevoir une douzaine d'élèves», fait observer Suzanna Gaudreault.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer