La fin d'une belle lignée

Le chanteur français Georges Chelon... (Photo courtoisie, Jean-luc vanacker)

Agrandir

Le chanteur français Georges Chelon

Photo courtoisie, Jean-luc vanacker

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

«Il reste Cabrel, Souchon, Voulzy. Ce sont les derniers avec Adamo», laisse échapper Georges Chelon au fil de la conversation. L'homme de 73 ans sent qu'il fait partie d'un groupe de plus en plus restreint, celui des chanteurs pour qui les textes représentent un ancrage important. Ils sont les héritiers d'une riche tradition dont l'avenir le préoccupe.

Le public a vieilli, en effet, et tarde à se renouveler. L'effondrement de l'industrie du disque, marqué par la quasi-disparition des albums physiques, a enfoncé un autre clou dans le cercueil. Ajoutez l'anglicisation galopante de la France et vous obtenez un cocktail toxique pour lequel on n'a pas trouvé d'antidote.

«J'ai été chanceux d'amorcer ma carrière en 1964, à une époque où il y avait le microsillon, où on pouvait passer à la télévision. Aujourd'hui, il n'y a plus de quotas à la radio. L'État a cessé de défendre la langue française», déplore Georges Chelon.

Il y a bien le marché de la nostalgie, qui surfe sur une demande vigoureuse. C'est ainsi que le chanteur a participé à trois reprises aux tournées nationales baptisées Âge tendre et tête de bois, le pendant français du Retour de nos idoles. En plus de ces sorties de groupe, cette filière lui a permis de jouer quatre fois en solo sur la scène de l'Olympia.

«Le public aimait ça, les tournées Âge tendre. En l'espace de trois ou quatre heures, il retrouvait des artistes qui avaient été ses favoris à l'adolescence, explique Georges Chelon. Je crois qu'à l'époque, on développait un attachement plus profond.»

Il devait partir une nouvelle fois à l'automne, en compagnie de ses collègues. Or, les 45 escales figurant à son agenda ont été annulées. Le promoteur a eu des problèmes avec une société qui gère les droits d'auteur, l'un des facteurs qui l'ont poussé à la faillite.

Déçu, mais pas abattu, Georges Chelon planche sur un album qui sortira en novembre. «J'ai écrit des chansons pour mes trois enfants, qui sont rendus dans la vingtaine. Je les ai enregistrées et il reste à intégrer les choeurs d'enfants, révèle-t-il. Le disque va s'appeler Dans la cour de l'école.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer