Digne des grands moments du Rendez-vous musical

Une soirée à marquer d'une pierre blanche

Toutes les conditions étaient réunies hier, à l'église... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Toutes les conditions étaient réunies hier, à l'église Notre-Dame de Laterrière, pour que le troisième des quatre concerts proposés dans le cadre du Rendez-vous musical laisse un souvenir impérissable.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Un programme construit avec goût. Des interprètes inspirés. Un public content d'être là et qui était nombreux, débordant jusqu'au jubé. À tous égards, le concert livré à l'église Notre-Dame hier, à l'occasion du Rendez-vous musical de Laterrière, fut à la hauteur de la riche histoire de cet événement.

Même en remontant loin derrière, en se remémorant la fois où le pianiste Anton Kuerti a offert une version lumineuse de la Sonate à la lune, celle où sa consoeur Jacinthe Couture a joué au manège équestre, le récital pendant lequel Marc Hervieux a fait trembler les lustres, on ne trouvera rien qui fasse pâlir cette soirée somptueuse. Une soirée d'exception.

Le coeur de cet événement fut le Laudate pueri Dominum de Haendel, la pièce la plus consistante. Sous la direction du chef Pierre Lamontagne, un orchestre réunissant recrues et vétérans, ainsi qu'un choeur formé pour la circonstance, se sont associés pour offrir une version à la fois raffinée et pleine d'élan.

Il faut dire que la barre était haute, ce qu'on a constaté dès les premières interventions de la soprano Andréanne Paquin, sur qui reposait une grande responsabilité. Elle a rendu les moindres nuances de l'oeuvre en affichant une maîtrise impressionnante, laissant voir de jolies montées et plein de virtuosité, mais pas juste ça.

Dans les passages lents, dans l'air intitulé Sit nomen Domini benedictum, par exemple, il était plus facile d'apprécier les textures, le relief conféré à l'interprétation. On percevait mieux l'âme derrière le chant, laquelle s'est déployée avec éclat lors du Gloria Patri, où tous se sont mobilisés afin d'exprimer la ferveur évoquée par Haendel.

Le public s'est levé d'un bloc pour manifester son contentement et on percevait une dose supplémentaire d'adrénaline dans cette réaction. Lui qui avait eu droit à deux oeuvres de Bach en lever de rideau, ainsi qu'à un Miserere (de Lotti) émouvant en guise d'apéritif, savait qu'on l'avait gâté, pourri. Or, il restait la deuxième partie.

En mode intimiste

Quand on dit que le programme a été construit avec goût, c'est en pensant à des pièces comme les Mélodies hébraïques de Ravel, deux chants offerts dans une quasi-pénombre, alors que Nicolas Ellis accompagnait Andréanne Paquin au piano. La soprano a créé un climat d'étrangeté, ponctué d'un zeste de sensualité, grâce à son chant aux inflexions orientales.

Toujours en mode intimiste, le duo formé de David Ellis et Jean Michon avait engagé un dialogue séduisant, parfois chargé d'une énergie semblable à celle du rock, sur le Duo pour violoncelle et contrebasse d'Edgar Meyer. Une jolie trouvaille.

Le choeur, lui, a eu son moment de gloire sur un titre de Lauridsen, Sure on this Shining Night. Seul comme un grand, hormis une touche de piano, il a rendu justice à cette composition qui mêle harmonieusement les voix masculines et féminines, qui se déploie sans aspérité, où tout semble couler de source. Ses efforts ont été salués par une ovation debout qui était fort méritée.

La soirée a pris fin sur deux pièces de Mozart qui ont marqué le retour d'Andréanne Paquin avec le choeur et l'orchestre. Sur la première, le Laudate Dominum, son chant se moulait parfaitement à la pulsation imprimée par les cordes. Il y a eu une réelle fusion, alors que sur Exultate, jubilate, c'est une joie sans partage qui s'est exprimée à travers la musique, à travers le chant. La fin idéale d'un concert idéal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer