Le psychologue devenu romancier

Le public est invité à rencontrer Dominic Tremblay... (Photothèque Le Quotidien)

Agrandir

Le public est invité à rencontrer Dominic Tremblay jeudi à 17h, à la librairie Les Bouquinistes de Chicoutimi.

Photothèque Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Dominic Tremblay aurait pu écrire sur sa vie, tant ce qui lui est arrivé sort de l'ordinaire. Après avoir exercé la profession de psychologue clinicien pendant 23 ans, l'homme originaire de Chicoutimi a été victime d'un accident de la route qui aurait été provoqué par un chauffard en état d'ébriété.

«Je me suis retrouvé avec une jambe amochée, dont l'artère fémorale était quasiment sectionnée, raconte-t-il. J'ai essayé de la replacer pour la sauver, mais ça n'a pas fonctionné en raison de l'infection. Comme les interventions chirurgicales ont été étalées sur sept ans et que j'étais souvent sous médication, je n'ai plus été en mesure de travailler.»

Lourde épreuve

Fermeture de sa clinique. Abandon de la pratique. Amputation d'une jambe. Divorce. On devine que l'épreuve a été lourde, au point de générer des pensées suicidaires. «J'ai vécu un grand désespoir et à un moment donné, j'ai ressenti le besoin d'accomplir quelque chose. C'est là que je me suis rabattu sur la lecture», a confié Dominic Tremblay au Quotidien.

C'est ce qui l'a remis sur la piste du marquis de Sade, dont les romans lui avaient laissé un souvenir équivoque dans ses jeunes années. Différentes biographies lui ont fait redécouvrir le personnage, un homme brillant qui, du fond de la geôle où l'avaient conduit ses écrits, entretenait une correspondance avec les lumières de son temps.

«Comme lui, je me sentais prisonnier de ma situation et comme lui, j'ai eu besoin d'écrire», rapporte Dominic Tremblay. Mettant à profit ses connaissances en psychologie, il a monté une intrigue tournant autour de celui qu'on a surnommé le divin marquis. Le premier tome d'une série de trois, Le baiser de Sade, vient d'être publié aux Éditions Véritas Québec.

Un crâne qui porte malheur

Le thriller conçu par le Saguenéen se déroule à notre époque. Un artiste dont le travail se nourrit de l'oeuvre de Sade prépare une exposition qui doit se dérouler à New York. Dans cette perspective, il rêve de dénicher un objet ayant appartenu au marquis.

L'homme vise haut, très haut. Ayant appris que le crâne de Sade aurait été emporté en Amérique au 19e siècle, propriété d'un phrénologue qui enseignait à l'université Harvard, il décide de le retrouver. Le problème est que cet objet a semé le malheur partout où l'ont mené ses pérégrinations d'outre-tombe.

«L'artiste réalise que des meurtres ont été commis à différentes époques, en lien avec le crâne de Sade. Et dans sa région, justement, un tueur sévit», mentionne Dominic Tremblay. Mêlant les faits historiques à la fiction, il dépeint des individus aux prises avec des troubles graves de la personnalité.

«Ce livre m'a gardé en vie. Il m'a permis de canaliser mes énergies vers une activité à travers laquelle je peux encore faire de la psychologie», constate le romancier. Plus motivé que jamais, il planche sur le deuxième tome, qui devrait sortir en 2016. Une partie de l'intrigue aura pour cadre le village de Petit-Saguenay, où rôderait un tueur en série.

En attendant de découvrir les prochaines péripéties, le public est invité à rencontrer Dominic Tremblay jeudi à 17h, à la librairie Les Bouquinistes de Chicoutimi. «Ce sera l'occasion d'associer le livre à la personne qui l'a écrit», résume le romancier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer