Un concert empreint d'émotion

L'organiste Marie-Hélène Greffard et la chanteuse soprano Stephanie... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

L'organiste Marie-Hélène Greffard et la chanteuse soprano Stephanie Lavoie étaient en concert hier à l'église Saint-Dominique de Jonquière dans le cadre des Maredi de la St-Do.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

La chanteuse soprano Stéphanie Lavoie et l'organiste Marie-Hélène Greffard ont offert un concert accessible et empreint d'émotion hier soir dans le cadre du troisième concert d'orgue des Mardi de la St-Do à l'église Saint-Dominique de Jonquière.

La musicienne a débuté la soirée à l'orgue du jubé avec le Canon de Pachelbel, une oeuvre baroque qui date des années 1700 avant que le soprano interprète l'oratorio Le Messie et Lascia ch'io painga un extrait de l'opéra Rinaldo d'Haendel. Stéphanie Lavoie a démontré la puissance de sa voix en chantant sans amplification dans l'église.

Les projections à l'écran ont permis aux 300 personnes réunies dans l'église d'admirer le visage souriant de l'interprète dans Halleluja de Mozart en plus d'apprécier les vocalises de la chanteuse dans cette interprétation mémorable. Le bébé de deux mois de Stéphanie Lavoie a pu apprécier les prouesses de sa mère alors qu'il reposait dans les bras de son père parmi l'assistance.

La première partie s'est terminée avec l'interprétation de la Marche nuptiale de Mendelssohn. «Vous allez reconnaître cette pièce que l'on joue pour accompagner les mariés lors de leur entrée ou de leur sortie pendant leur mariage. Cependant on joue rarement l'intégrale de cette pièce, car elle est un peu longue. Je vais vous la jouer au complet ce soir, c'est une grande oeuvre», a lancé l'organiste avec de s'installer derrière le grand orgue Casavant du jubé, un instrument de 32 jeux avec 3023. Les auditeurs les plus attentifs ont pu facilement imaginer les mariés sortir de l'Église sous une pluie de confettis.

Pour la deuxième partie du concert, Marie -Hélène Greffard et Stéphanie Lavoie se sont installées dans le coeur de l'église au grand plaisir des spectateurs qui pouvaient admirer le duo qui s'exécutait devant eux. Les deux premières pièces, les mélodies Après un rêve et Au bord de l'eau de Gabriel Fauré exécuté avec brio par le soprano et jouées sur petit Casavant de 1943 avec 15 jeux et 1016 tuyaux a charmé l'assistance.

La fin du concert s'est déroulée derrière le piano pour Marie Hélène Greffard alors que Stéphanie Lavoie s'est offert le plaisir de marcher dans nef de l'église parmi les spectateurs pour interpréter la pièce Merce dilette amiche de l'opéra Les vêpres siciliennes de Verdi. «C'est le moment où la mariée remercie ses invités après ce mariage symbolique entre l'Espagne et la Sicile, deux pays qui se détestaient. Je vous invite symboliquement à mon mariage», a fait part le soprano avant de faire éclater sa voix tout près du public.

Le programme s'est terminé au piano avec entre autres la Valse no. 2 de Chopin et une pièce de l'opéra Faust de Charles Gounod: Air de bijoux, rendu célèbre par la cantatrice Bianca Castafiore dans Les Aventures de Tintin.

«Il s'agit d'une jeune fille qui a perdu ses parents et que son frère est parti à la guerre. Elle est très pauvre et trouve un sac de bijoux et se met à rêver. Je vous l'offre comme dessert», a dit la cantatrice originaire de Montmagny en fin de concert.

Le dernier concert des mardis de la St-Do aura lieu mardi prochain avec l'organiste Jacques Boucher et la violoniste Anne Robert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer