Ce soir à 21h

Grande soirée slam à L'Île du Repos

Anick Martel et Marilyne Renaud invitent les amateurs... (- photo le quotidien, jeannot lévesque)

Agrandir

Anick Martel et Marilyne Renaud invitent les amateurs de slam à se rendre à L'Île du Repos aujourd'hui, à l'occasion d'une soirée consacrée à cette forme d'expression. Dix personnes livreront des textes de leur cru en espérant que les juges leur accorderont le privilège d'accéder à la deuxième ronde.

- photo le quotidien, jeannot lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Le lieu s'appelle L'Île du Repos, mais la gang qui l'investira aujourd'hui est tout, sauf reposante. Il s'agit des dix artistes qui participeront à l'événement baptisé Les slamantes de la parole - Une chic soirée de slam poésie, tenu à compter de 21h dans la salle de spectacles établie à Péribonka.

Invitée l'hiver dernier, l'organisation Slam Saguenay-Lac-Saint-Jean est heureuse, honorée même, d'effectuer une première incursion au Lac-Saint-Jean. Le fonctionnement ressemblera à celui des soirées qui ont jalonné la saison 2015, ce qui n'empêchera pas d'intégrer quelques nouveautés, histoire de pimenter l'affaire.

«Ce sera agréable de vivre une rencontre dans un cadre différent de celui du Bar à Pitons, à Chicoutimi. Nous nous attendons à avoir beaucoup de plaisir, puisque cette activité est axée sur la dimension festive. Ce sera l'occasion de côtoyer des gens qui aiment parler, jouer avec les mots», fait valoir l'animatrice Marilyne Renaud.

La cheville ouvrière de Slam Saguenay-Lac-Saint-Jean, la slammestre Anick Martel, n'entretient aucune crainte en ce qui touche l'atmosphère. «Ça risque de se prolonger bien au-delà du spectacle. Plusieurs personnes gravitant autour de l'événement ont décidé de coucher sur place», mentionne-t-elle.

Des contraintes

L'affiche est relevée, puisque cinq des huit finalistes de la ligue seront présents. Il s'agit de Sophie Torris, qui mène au classement, de Tamara Koziej, Julie Bernier, Guillaume Ouellet et Diane Bourget. Ils profiteront de cette soirée, dont l'accès est gratuit, pour aiguiser leurs réflexes en vue de la finale tenue le 1er septembre, au Bar à Pitons.

Pour compléter les effectifs, on a invité Alexis G. Larouche, Claude Bouchard, Marc-André Perrier et Pierre Demers, tandis qu'Anick Martel s'est elle-même intégrée au groupe. Quant au poète sacrifié, le nom qu'on donne à la personne qui, sans être inscrite à la compétition, ouvre la soirée avec un slam de son cru, il a été dévolu à l'Almatoise Christine Martel.

Comme d'habitude, les participants devront livrer un texte à eux, tout en ne dépassant pas la limite de trois minutes imposée par la Ligue québécoise de slam. Cinq membres du public détermineront qui aura le privilège de revenir sur la scène pour la deuxième ronde. Une fois de plus, les heureux élus, au nombre de cinq, défendront une création originale.

«L'élément nouveau est que pour la première intervention, nous avons soumis à chaque slameur une contrainte différente que doit refléter le travail d'écriture. Il y en aura une deuxième pour ceux qui seront de retour et ce sera la même pour tous. Il faudra parler de l'Île du Repos», indique Marilyne Renaud.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer