• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Des auteurs-compositeurs-interprètes énergiques 

Festival de la chanson de Saint-Ambroise

Des auteurs-compositeurs-interprètes énergiques

Camille Tremblay, 12 ans de Jonquière a été... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Camille Tremblay, 12 ans de Jonquière a été consacrée Coup de coeur du public chez les 7 à 12 ans.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Présence sur scène, énergie, voix puissantes, charme et originalité caractérisent les quatre auteurs-compositeurs-interprètes qui ont brûlé les planches du Festival de la chanson de Saint-Ambroise hier soir pour la troisième demi-finale de la 24e édition.

Plus de 650 personnes avaient pris place dans l'aréna Marcel-Claveau qui contient 700 places. L'assistance n'a pas ménagé les applaudissements pour ces artistes de style différents; quatre prétendants potentiels à la grande finale.

Élia Laure, 25 ans de Saint-Hubert, a séduit dès sa première pièce Sous les lueurs avec une voix pénétrante qui nous a fait voyager jusqu'à la lune. L'artiste remplie d'émotions a soutenu sa poésie de manière convaincante. Elle en a remis avec sa deuxième composition Imparfaite corde raide, une chanson chavirante.

Alex Gendron, lui aussi de Saint-Hubert, a montré une énergie renversante à la guitare. Très mobile sur scène avec une voix puissante, l'artiste laissait même parfois dépasser «son jupon country» à travers certains accords.

Celui qui a gagné sa place à Saint-Ambroise, Pierre-Hervé Goulet, 24 ans de Beauceville, pourrait aussi être un sérieux prétentant à la grande finale. Il s'est présenté sur scène avec un harmonica au cou, une guitare à la main et l'assurance d'un artiste accompli. Sa voix attachante, sa poésie bien choisie et son attitude amicale pourraient lui ouvrir les portes d'une carrière en Europe. Un talent qui s'exporte, avec des allures de Dédé Fortin par son audace; un charme qui a convaincu l'assistance.

Guy Larouche, ce grand gaillard de 45 ans d'Alma, n'a pas laissé sa place avec une voix forte et des textes très originaux. Grâce à ses pièces «Je te mentirai» et une ode aux cuisses féminines «Ça ne se voit qu'au printemps» il a réussi à mettre un peu de légèreté dans sa vivacité.

Les quatre auteurs-compositeurs-interprètes qui sont montés sur scène hiers, issus d'univers différents, ont tous de la graine de finaliste, la sélection sera certes déchirante.

Chez les interprètes de 13 à 17 ans, Emma Lépine de Chicoutimi avait choisi les pièces «Bozo» de Félix Leclerc et Colombarium de Pierre Lapointe. La jeune chanteuse a réussi à combiner deux époques et deux styles opposés qu'elle a rendus avec aplomb.

Sarah-Maude Gagnon s'est également distinguée avec la chanson, pas facile à interpréter avouons-le, «Au bar des suicidés» de Pierre Lapointe. Elle s'est approprié l'émotion avec sincérité.

Le coup de coeur de la soirée chez les interprètes de 7 à 12 ans, choisi par le public, a été remi à Camille Tremblay, 12 ans de Jonquière, pour la chanson «Les Voisins». La jeune Catherine Gosselin, 12 ans de Chicoutimi a, quant à elle, montré une belle joie de vivre avec la pièce «Chauve-Souris» de Thomas Fersen.

Les interprètes de 18 ans et plus ont une fois de plus fait jaillir les applaudissements dans la salle pendant que le journaliste du Quotidien rédigeait ces lignes en fin de soirée.

La dernière demi-finale se déroulera ce soir et ce sera le moment pour les juges, de faire connaître leur sélection en fin de soirée. Patrice Arton, Jean-Sébastien Lavoie et Marie-Noëlle Claveau ont passé les trois derniers jours à juger les participants en prenant des notes selon certains critères. On sait que c'est avec leur coeur qu'ils trancheront.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer