Le 31 juillet à 19h30

Dumas version danse

Dumas en formule festival, ça donnera un spectacle... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Dumas en formule festival, ça donnera un spectacle dansant, plein de groove, du genre qui fera bouger les gens qui se déplaceront sur la rue Racine, le 31 juillet.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

«Je ne suis pas inquiet. J'ai un bon karma de festival», a lancé Dumas à la fin de l'entrevue. On venait de parler du temps maussade qui a enveloppé la région dans les derniers jours, des risques que cette purée aux accents automnaux gâche le spectacle qu'il donnera le 31 juillet, à l'occasion du Festival international des Rythmes du monde.

Serein, le chanteur l'est tout autant lorsqu'il songe aux milliers de kilomètres qu'il avalera dans les trois prochaines semaines, une séquence amorcée hier, à Laval, et qui se poursuivra à Chicoutimi, sur la grande scène dressée à l'angle des rues Racine et Bégin. Une quinzaine de sorties au total, la plupart dans des petites salles associées au ROSEQ.

«Je ne fais que trois festivals cet été et l'un d'eux sera les Rythmes du monde, un événement auquel je participe pour la première fois. Je suis heureux de pouvoir le faire. On donnera un spectacle festif, ce qui se prête bien à ce contexte», a souligné Dumas jeudi, à la faveur d'un échange téléphonique avec le représentant du Progrès-Dimanche.

Le contenu sera différent de ce que Dumas propose depuis la sortie de son album homonyme, plus tôt cette année. En salle, lui et ses complices, Pascal Racine-Venne (batterie, claviers) et Charles Robert (basse, claviers), exploitent chacune des plages, complétant le menu avec quelques perles tirées de son catalogue. Dehors, une autre logique opère.

«On va partir de l'album Le cours des jours pour remonter jusqu'à aujourd'hui. Ce sera funky par bouts et j'assumerai pleinement mon côté dansant, mon côté électro-pop. Je parlerai avec le monde, mais il y aura peu de pauses entre les pièces», annonce le chanteur.

Nouveau son, nouvelle équipe

Promettant de transformer la rue Racine en piste de danse, Dumas mise sur ses compositions, mais également sur ses nouveaux musiciens, pour faire bouger ses fans. «Chacun joue de plusieurs instruments, si bien qu'à trois, on sonne comme si on était plus nombreux», énonce-t-il.

Le jeune vétéran précise que la transition a été opérée sans douleur, après une dizaine d'années avec le même groupe de collaborateurs. Les relations sont demeurées harmonieuses, notamment avec le guitariste Jocelyn Tellier, qui accompagne Ricky Lee Jones ces temps-ci. «À un moment donné, on va retravailler ensemble», anticipe l'auteur de Vaudou.

Le changement de personnel s'est inscrit dans la foulée d'une mutation artistique portée par le nouvel album. «Il est plus axé sur le groove que sur la guitare, ce qui a généré un son plus dansant. Je me trouve chanceux que les gens aient été au rendez-vous. Il y a une belle "vibe" autour de ce disque. Je pense avoir gagné mon pari», estime Dumas.

Il reste à voir comment se profileront les prochaines compositions, ce qui sera une surprise pour le chanteur autant que pour ses fans, puisqu'il n'a rien écrit depuis le début de la tournée. «Peut-être que je vieillis. Avant, j'arrivais à produire entre deux spectacles», mentionne-t-il en riant.

Dans le futur immédiat, c'est de la télévision que viendra la nouveauté. Dumas a composé de la musique d'ambiance pour une émission culturelle qui sera diffusée cet automne (il est trop tôt pour l'identifier), ce qui lui a rappelé son expérience avec Les aimants. J'ai revu le film cet été. Ça me donne le goût de refaire une bande sonore», confie-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer