La soirée des deux résurrections

«Méphisto Méliès» ouvre le FIAMS

Une création québécoise, Méphisto Méliès, a ouvert la... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Une création québécoise, Méphisto Méliès, a ouvert la 13e édition du Festival international des arts de la marionnette, hier soir, à Jonquière. Cet événement qui avait failli disparaître, il y a trois ans, sera présenté jusqu'au 26 juillet.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Ce fut la soirée des deux résurrections, hier, à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière. Celle du Festival international des arts de la marionnette à Saguenay, aussi désigné sous le nom de FIAMS, et celle du cinéaste Georges Méliès par le truchement de Méphisto Méliès, l'oeuvre qui a donné le coup d'envoi à la 13e édition.

Trois ans après avoir abouti de l'autre côté du miroir à la suite d'une faillite, l'événement reprend vie grâce au Théâtre La Rubrique et c'est chez lui, dans ses quartiers du mont Jacob, qu'il a vécu son deuxième baptême. Presque tous les sièges étaient occupés et la joie ressentie par le public faisait plaisir à voir.

Même les discours protocolaires ont été chaudement accueillis, plutôt que subis. L'intervention la plus prisée fut la dernière, celle des codirecteurs artistiques Benoit Lagrandeur et Dany Lefrançois. Quand ils ont uni leurs voix pour déclarer ouverte la 13ème édition, les cris et les applaudissements se sont faits insistants.

C'est le souvenir des découvertes effectuées grâce au festival qui a provoqué cette réaction et nul doute que Méphisto Méliès, une oeuvre du Théâtre Motus et du Théâtre Pupulus Mordicus, ajoutera à sa légende. Pendant 90 minutes, elle a ramené tout le monde au début du siècle - le 20e - en relatant les grandeurs et misères d'un pionnier du septième art.

Aujourd'hui, on se souvient de Georges Méliès pour Le voyage à la lune, son film le plus célèbre. Ce n'est pourtant qu'un morceau de l'histoire, celle d'un homme qui a inventé le cinéma fantastique, qui s'est battu pour préserver l'indépendance des créateurs et qui a assisté, impuissant, à l'effondrement de ce beau rêve.

Avant d'en arriver là, cependant, on fait la connaissance d'une femme qui, enfant, a connu Méliès. Son regretté père, un forain qui avait du flair, s'était associé à lui pour diffuser ses films. Ils étaient devenus amis, complices, ce que décrivent maintes scènes jouées par des comédiens donnant la réplique à des marionnettes.

On voit comment Méliès invente la technique du montage, comment il était fasciné par Jules Verne, de quelle manière il percevait le cinéma à une époque où d'aucuns le reléguaient au rang de curiosité. «C'est l'artiste qui fait évoluer l'humanité», lance le réalisateur, qui n'en peut plus de voir son travail copié, piraté par des marchands sans scrupules.

Le Méphisto Méliès du titre, c'est le personnage le plus familier du cinéaste, une marionnette que la femme évoquée tantôt déterre dans les vieilles affaires de son père. Il est fantasque, mais peu à peu, on le sent nostalgique, lui aussi. Le voici qui répare un projecteur, qui fait jouer de vieilles bobines, qui raconte comment Méliès est devenu Méliès.

Les costumes et les accessoires, autant que les musiques de Jean-Pierre Lambert interprétées au piano, confèrent un charme rétro à la pièce. L'art de la marionnette est aussi mobilisé dans toutes ses dimensions, notamment sous la forme de marionnettes à tiges et de silhouettes d'ombres. Et bien sûr il y a des projections, savamment intégrées au décor.

Le rythme est rapide et l'histoire si bien menée que les 90 minutes passent rapidement, presque trop. À défaut de prolonger la pièce, on sort de la salle avec le goût d'en apprendre davantage sur Georges Méliès, un sentiment qu'éprouveront ceux qui, aujourd'hui à 20h 30, assisteront à la dernière représentation figurant au calendrier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer