Marie-Pier Simard-Gagnon

Un concert devant son mécène

La violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon donnera un concert samedi,... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

La violoncelliste Marie-Pier Simard-Gagnon donnera un concert samedi, à Drummondville. Elle sera soliste avec l'Orchestre de la Francophonie et jouera devant le grand patron de la firme Canimex, Roger Dubois. C'est lui qui a prêté l'instrument qu'utilise la musicienne âgée de 16 ans, une création de la luthière Isabelle Wilbaux.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Qu'est ce qui impressionne le plus chez Marie-Pier Simard-Gagnon? L'aplomb qu'affiche cette Arvidienne âgée de 16 ans? Son deuxième prix remporté l'an dernier, au Concours de musique du Canada? Le fait que samedi soir, à l'église Saints-Pierre-et-Paul de Drummondville, elle jouera en solo pendant un concert de l'Orchestre de la Francophonie?

On pourrait cocher l'ensemble de ces réponses, mais le tableau serait incomplet, puisqu'il faut ajouter le prêt d'un instrument par Roger Dubois, le grand patron de la firme Canimex. Ce mécène lui a confié un violoncelle fabriqué par la luthière Isabelle Wilbaux, réplique d'un Guarneri. Et il se trouvera aux premières loges pour l'entendre résonner.

«Il m'avait vue jouer au Concours de musique du Canada et m'a invitée à aller chez lui, à Drummondville, pour choisir un instrument. J'en ai essayé plusieurs avant d'avoir un coup de coeur pour le Wilbaux. La sonorité est riche, veloutée. Elle se moule bien à ma personnalité», a raconté Marie-Pier Simard-Gagnon mercredi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

Autre chose remarquable: la musicienne joue avec un instrument de taille normale depuis trois ans seulement. Elle qui est toute menue, encore aujourd'hui, a dû patienter avant d'abandonner les violoncelles adaptés au physique des enfants et des jeunes adolescents. Le premier devait être minuscule, puisque l'Arvidienne a amorcé sa formation à l'âge de cinq ans.

Brûler les étapes

Celle qui fut lauréate du Festival de musique du Royaume pendant plusieurs années, qui vient de décrocher le premier prix dans la catégorie Brio, tous instruments confondus, se fait une spécialité de brûler les étapes. Sa participation au concert de samedi en témoigne, puisque les membres de l'Orchestre de la Francophonie sont âgés d'au moins 18 ans.

«Cette fois, je suis une artiste invitée. J'ai déjà participé à des auditions pour faire partie de la formation, mais j'étais trop jeune», note Marie-Pier Simard-Gagnon. À Drummondville, elle retrouvera le chef Jean-Philippe Tremblay, originaire de Chicoutimi. C'est lui qui lui avait suggéré de tenter sa chance, tant il croyait en son talent.

Ce qui sera familier, aussi, c'est l'oeuvre qu'elle interprétera. Il s'agit du Concerto numéro 1 de Camille Saint-Saëns, une composition à laquelle la violoncelliste s'est frottée en novembre dernier, à l'occasion d'un concert de l'Orchestre des jeunes du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

«J'aime beaucoup cette pièce qui est parfois douce et parfois enflammée. Je suis également contente de la jouer devant monsieur Dubois, avec un orchestre formé de 40 musiciens. Ce concert m'aidera à faire mes preuves à l'extérieur de la région», anticipe Marie-Pier Simard-Gagnon.

Elle vivra une autre expérience gratifiante en août, puisqu'on l'a invitée au Rendez-vous musical de Laterrière. Ce sera ensuite le retour au Conservatoire de musique de Saguenay où l'Arvidienne complétera son DEC en musique, en route vers l'université où ses ambitions sont grandes: décrocher un diplôme en interprétation, tout en devenant chirurgienne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer