Les Cowboys à la zone portuaire

Les Cowboys à la zone portuaire

Le chanteur Karl Tremblay, le bassiste Jérôme Dupras... (- Photo Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Le chanteur Karl Tremblay, le bassiste Jérôme Dupras et le guitariste Jean-François Pauzé des Cowboys fringants ont offert une performance entraînante hier à la Zone portuaire de Chicoutimi.

- Photo Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dominique Gobeil
Le Quotidien

Il est clair que les Cowboys fringants sont des incontournables de la musique francophone québécoise. Le constat sautait aux yeux, hier soir, en voyant l'immense foule, rassemblée à la Zone portuaire de Chicoutimi, chanter toutes les paroles de Toune d'automne à l'unisson.

«On a dit dans les journaux récemment qu'on vous ferait des nouvelles chansons, alors on va en faire une que vous n'avez jamais entendue. Vous allez peut-être avoir le goût de chanter avec nous quand même», plaisante le chanteur Karl Tremblay en présentant le morceau. «Es-tu sûr de jouer le bon accord ?», a-t-il même demandé au guitariste Jean-François Pauzé.

Il a poussé la mise en scène jusqu'à feindre un trou de mémoire, mais a dû admettre que la chanson ressemblait un peu trop à une autre devant la participation exemplaire du public.

Les spectateurs, surtout des jeunes adultes, se souvenaient sûrement du dernier passage enflammé du groupe à Chicoutimi lors du Festival international des Rythmes du monde en 2013, car ils se manifestaient déjà chaudement à force de cris et d'applaudissements lorsque le groupe est entré sur scène en bondissant, certains musiciens portant même des masques. Le bassiste Jérôme Dupras était particulièrement en forme.

Les Cowboys fringants ont ouvert le spectacle avec la pièce Chêne et roseau, puis ont enchaîné avec plusieurs de leurs classiques, tels La Manifestation, 8 secondes, Ti-cul, La Reine, Paris-Montréal et bien d'autres. Saguenay se trouvait choyée de les accueillir, alors qu'ils ne se produisent que quatre fois cet été.

La fringante formation a même offert au public une exclusivité, Les Battures, composée lors d'un passage à Saint-Fulgence. Au départ, elle n'avait pas beaucoup de substance, mais Karl Tremblay a promis qu'elle s'améliorerait au fil de la soirée.

«Merci de participer autant, c'est vraiment le ''fun''», fait part le chanteur, alors que les spectateurs n'hésitent pas à donner le rythme allégrement en tapant des mains, à agiter leur bras en l'air ou à chanter autant les couplets que les refrains.

La musique à saveur contestataire de la formation, rehaussée par les puissantes notes de la violoniste Marie-Annick Lépine, trouve facilement écho dans le coeur de la foule. Malgré ses sept mois de grossesse, la multi-instrumentaliste réussit encore à jouer de l'accordéon debout et à sauter ensuite sur son clavier.

Au final, seul le vent frais a peut-être freiné un peu les ardeurs des spectateurs conquis et de la journaliste, qui a dû quitter après une heure de musique entraînante pour respecter l'heure de tombée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer