Programmation des Rythmes du Monde (FIRM)

Ne manque plus que le beau temps

Sylvie Boissonneault, Catherine Lapointe et Myriam Gagnon ont... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Sylvie Boissonneault, Catherine Lapointe et Myriam Gagnon ont assisté au dévoilement de la programmation du Festival international des Rythmes du Monde, hier, en compagnie du directeur Robert Hakim, de Marie-Kim Bouchard, responsable des communications, et de Chantal Boivin, directrice de la programmation. La 13e édition aura lieu du 28 juillet au 2 août, au centre-ville de Chicoutimi.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Tout ce qui manque, c'est une douzaine de chapelets sur la corde à linge.

Après avoir passé le plus clair de l'édition 2014 dans la flotte, le Festival international des Rythmes du Monde (FIRM) reviendra du 28 juillet au 2 août, au centre-ville de Chicoutimi. La programmation a été concentrée sur six jours et comporte des propositions attrayantes, mais une partie de l'équation échappe au contrôle du comité organisateur.

Signe que la dernière cuvée avait été très arrosée, deux des artistes qui furent victimes des éléments seront de retour l'été prochain. On reverra l'excellent Dwayne Dopsie et ses Zydeco Hellraisers le 31 juillet, tandis que le Freddie James Project, qui avait bravé l'orage pour livrer des classiques de la musique soul, jouira d'une deuxième chance le 1er août.

«Ces groupes n'ont eu qu'une partie du public qu'ils auraient mérité en raison du mauvais temps. Dwayne Dopsie avait été notre coup de coeur et avec Freddie James, on sait que le party va lever», a énoncé la directrice de la programmation, Chantal Boivin, au cours d'une rencontre de presse tenue, hier, au restaurant Le Merlin.

D'autres retours n'ont rien à voir avec le climat, celui de Zale Seck au premier chef. Le grand escogriffe, tellement sympathique, tellement magnétique du haut de ses six pieds et sept pouces, défendra ses compositions le 30 juillet. Dominique Hudson, lui, se pointera une nouvelle fois le 29 juillet, tandis que la formation Kokolo reviendra le 1er août.

Notons enfin qu'une jolie vitrine a été offerte à City Barôkè, un groupe dont fait partie le Saguenéen d'adoption Marcellin Gbazai. Après avoir joué des percussions pendant la rencontre de presse, lui et ses camarades animeront la soirée d'ouverture sur la scène principale, juste avant la tête d'affiche dont l'identité sera dévoilée sous peu.

Complice de Bob Marley

L'une des belles prises du FIRM est assurément Marcia Griffiths. La Jamaïcaine a fait partie des I-Threes pendant 17 ans et pour ceux qui l'ignoreraient, ce groupe de choristes avait pour mission d'épauler Bob Marley. «C'est la femme la plus influente de toute l'histoire du reggae», fait valoir Chantal Boivin.

Remarquons également la présence d'Ayrad, un collectif aux accents arabisants qui jouera le 1er août, de même que celle de Samian, dont les chansons centrées sur la réalité autochtone berceront la rue Racine le 29 juillet. De son côté, Pierre Kwenders présentera des compositions fleurant bon l'Afrique, le 30 juillet.

Le virage amorcé il y a trois ans, lequel avait pour fin d'élargir le spectre musical, demeure d'actualité. Preuve en est l'inclusion du groupe indie Franklin Electric (29 juillet), autant que le passage d'une bête étrange, Real McKenzies, le même soir. «Ils font du pop rock en kilt et avec de la cornemuse», résume Chantal Boivin.

Toujours dans une veine pop-rock, Les Trois Accords feront leur tour le 30 juillet, suivis par Dumas le lendemain. Les amateurs de rockabilly et de ska n'ont pas été oubliés, eux non plus. Le 31 juillet, ils auront la chance de voir Raygun Cowboys, une formation de l'Alberta, ainsi que les Planet Smashers.

Autre vedette à l'affiche, Marc Dupré fermera la 13e édition avec quelques invités, le 2 août. «Nous l'avons accueilli lors de notre spectacle-bénéfice et nous savons qu'il saura s'acquitter de cette mission. On finira le festival en beauté», affirme Chantal Boivin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer