Toujours passionné

Michel Gingras enseigne au Conservatoire de musique de... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Michel Gingras enseigne au Conservatoire de musique de Saguenay depuis 1978. À compter de l'automne prochain, il diminuera le rythme et n'y enseignera que le cor, quelques heures par semaine.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La musique fait partie de nos vies. Elle marque des événements, évoque les souvenirs, nous accompagne. Depuis des décennies, des jeunes et moins jeunes de la région choisissent un instrument. Ils apprennent à le maîtriser, avec la volonté de faire résonner les pièces qui ont marqué les époques ou d'en créer de nouvelles. La région compte sur de véritables passionnés qui depuis longtemps, transmettent leur savoir afin que le rêve de milliers de jeunes devienne réalité. Le Quotidien propose aujourd'hui le portrait de deux d'entre eux.

Après plus de 37 ans d'enseignement de la musique, doucement, Michel Gingras amorce ce qu'il appelle une préretraite. Il diminue le rythme, laisse tomber quelques obligations. La passion ne l'a pas quitté. Mais il est en quête de plus de liberté. Espère que le tempo de ses journées sera moins rapide au cours des prochaines années.

Michel Gingras a une feuille de route musicale impressionnante. Il a été 3e cor de l'Orchestre symphonique de Québec de 1971 à 1992 et membre de l'Orchestre de chambre de Radio-Canada à Québec de 1968 à 1992. Dans la région, il enseigne au Conservatoire de musique de Saguenay depuis 1978. Il est cor solo de l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean, arrangeur et orchestrateur pour l'orchestre et également pour la Société d'art lyrique du Royaume.

Ses nombreuses expériences ne l'empêchent pas d'être toujours passionné.

«Si on n'a pas la passion, on ne fait pas ce métier-là", affirme Michel Gingras sans hésitation. «Des musiciens qui prennent vraiment une retraite, je n'en connais pas beaucoup.» Il ne compte pas devenir l'exception.

Déjà cette année, il a réduit son nombre d'obligations. «J'enseigne à demi-temps seulement. À compter d'août prochain, je ne devais plus enseigner du tout, mais j'ai deux élèves de cor. J'ai discuté avec la directrice du Conservatoire et faire venir un professeur de l'extérieur coûterait beaucoup trop cher. En envoyant nos élèves à l'extérieur, on se tirerait dans le pied.»

L'enseignant a donc décidé de laisser tomber les cours de musique de chambre, d'orchestration, de direction et de formation auditive, mais de poursuivre l'enseignement du cor une année supplémentaire.

Il continue également de diriger l'Orchestre des jeunes, tâche qu'il partage avec Jacques Clément.

Il amorce donc sa semi-retraite, sans regret, mais préoccupé.

«J'amorce tout ça sereinement. La seule chose qui me fait de la peine, c'est ce qui se passe dans les écoles. Le nombre d'élèves baisse énormément. C'est arrivé beaucoup avec les réformes scolaires, depuis le milieu des années 2000. Ici, au Conservatoire, on a déjà eu 160 élèves, au milieu des années 80. En ce moment, il y en a 40», affirme-t-il.

«En enlevant la musique des écoles, l'intérêt ne se développe pas chez les jeunes», déplore-t-il.

L'enseignant est convaincu des nombreux bienfaits de la musique chez les jeunes. "Ça permet de développer des choses bien importantes au niveau du cerveau. Ce n'est pas pour rien qu'un jeune se sent bien quand il fait de la musique», affirme celui qui est certain que la musique pourrait aider à régler certains problèmes de comportement.

En attendant, à 63 ans, il compte poursuivre différents projets musicaux, mais aussi avoir du temps pour autres choses.

«Je veux visiter plus souvent mon fils, qui sera bientôt papa, à San Francisco», souligne-t-il, ajoutant qu'il entend bien aussi consacrer du temps à la passion des trains miniatures qui l'habite depuis l'enfance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer