Exposition des finissants du Cégep de Jonquière

L'art visuel sous toutes ses formes

Lysane Potvin, présidente d'honneur de l'exposition, est accompagnée... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Lysane Potvin, présidente d'honneur de l'exposition, est accompagnée de Maëlle Urien et Marie-Pier Gauthier, deux finissantes du programme en arts visuels du Cégep de Jonquière.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

Les 12 finissants en arts visuels du Cégep de Jonquière ont présenté leur projet de fin d'études cette semaine dans la toute nouvelle galerie d'art de la bibliothèque de l'établissement. Les projets sont de nature très variée: sculptures, dessins, peintures, montages de fils de fer, plâtre et ficelles, oeuvres en verres, photos, vidéos et montage. Définitivement, l'art visuel s'étend dans un large spectre. L'exposition s'intitule Et Hetorogenea et se poursuit jus qu'au 14 mai.

L'artiste-peintre de réputation internationale Lysane Potvin, qui agissait à titre de présidente d'honneur de l'événement, confirme en effet que les arts visuels sont bien différents depuis une quinzaine d'années. "À la fin des années 1990, nous étions surtout concentrés sur la peinture et le dessin. Aujourd'hui la photo, la vidéo et les différents logiciels font partie de la palette des artistes qui veulent évoluer dans ce domaine», fait remarquer celle qui a été élève de ce département en 98-99.

Parmi les choses qui n'ont pas changé cependant, l'artiste constate que la passion demeure toujours au coeur de la motivation des artistes. «Dans ce métier, il faut faire à sa tête de cochon et ne pas écouter les autres à l'égard de ce qu'on doit faire. On écoute les conseils, mais on fait à sa tête», balance celle qui refuse les compromis et qui croit en ce qui nous fait vibrer, peu importe ce que les autres en pensent. «Il faut que ça vienne de tes tripes», assure celle dont ses oeuvres sont exposées en France, en Suisse, en Angleterre en Belgique et au Canada.

Les jeunes artistes du cégep ont développé leur propre expertise pour mener ces projets à terme qui ont demandé deux ans de préparation. «Les jeunes ont réalisé leur projet de synthèse de A à Z en expliquant leur démarche artistique, en réalisant un budget, un porte-folio de leur création. Ils ont participé à des formations dans le milieu pour rencontrer des artistes et les aider à se définir eux-mêmes», fait valoir Annie Baron, professeure en art visuel.

Marie-Pier Gauthier, originaire de Labrèque, vibre de tout son coeur à la fibre artistique. Pour elle, pas question de faire autre chose dans la vie que de créer. «J'ai réalisé de belles pièces, mais ce que j'ai aimé le plus, c'est de monter cette exposition. Chacun avait des tâches à accomplir, mais c'est moi qui avais la direction de l'exposition, c'est vraiment ça que j'aimerais faire plus tard», met en relief celle qui comptait trois créations dans la galerie du Cégep dont un court métrage qui était projeté en boucle.

«Les professeurs ici sont extraordinaires, ils nous donnent le goût d'apprendre, d'ouvrir notre esprit à différentes formes d'arts et à développer ce qu'on aime. Ils savent vraiment comment encadrer des artistes», commente celle qui poursuivra ses études en histoire de l'art à l'Université Laval.

C'est une artiste originaire de la France, Maëlle Urien, qui a remporté la mention d'excellence accompagnée d'une bourse de 500$ remis par le Cégep de Jonquière en collaboration avec le département des arts et lettre de l'UQAC.

rblackburn@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer