Semer des notes

L'altiste Bruno Chabot transmet son savoir depuis plus... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

L'altiste Bruno Chabot transmet son savoir depuis plus de 40 ans dans la région.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

La musique fait partie de nos vies. Elle marque des événements, évoque les souvenirs, nous accompagne. Depuis des décennies, des jeunes et moins jeunes de la région choisissent un instrument. Ils apprennent à le maîtriser, avec la volonté de faire résonner les pièces qui ont marqué les époques ou d'en créer de nouvelles. La région compte sur de véritables passionnés qui depuis longtemps, transmettent leur savoir afin que le rêve de milliers de jeunes devienne réalité. Le Quotidien propose aujourd'hui le portrait de deux d'entre eux.

Bruno Chabot enseigne la musique depuis plus de 40 ans. Au fil du temps, il a semé de petites notes de musique un peu partout au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Un bonheur pour le musicien, reconnaissant de pouvoir transmettre sa passion aux petits et grands.

Bruno Chabot a baigné dans la musique dès l'enfance. Il a commencé à l'enseigner alors qu'il était lui-même encore étudiant au Cégep. C'était en 1972.

Depuis, il n'a jamais cessé de transmettre son savoir. Il enseigne à des élèves âgés de 4 à plus de 70 ans, des débutants comme des avancés.

Il a enseigné l'alto, l'instrument qu'il connaît le mieux pour en avoir fait le sien, et le violon, un instrument choisi par un plus grand nombre d'élèves.

Bruno Chabot a amorcé sa carrière "officielle" d'enseignant à l'École de musique de Chicoutimi, en 1978.

«La première session, j'avais six ou sept élèves. La saison suivante, j'avais 35 élèves», se rappelle-t-il.

Presque au même moment, l'Orchestre symphonique du Saguenay-Lac-Saint-Jean voyait le jour. Il en fait partie à titre d'altiste depuis.

Puis on a fait appel à lui pour enseigner à l'Atelier de musique de Jonquière. Une école qu'il n'a pas quittée depuis.

Il se rend également à l'Atelier de musique de Roberval chaque semaine, depuis une vingtaine d'années.

Il enseigne au Collège d'Alma depuis le début des années 2000. Le violon, mais aussi la littérature musicale, le solfège et l'ensemble à cordes. Il a aussi enseigné à Normandin pendant cinq ans, au début des années 2000.

Impossible de calculer le nombre d'élèves qui ont appris à ses côtés. «J'aurais dû prendre chacun d'eux en photo. Je le regrette», affirme l'altiste qui enseigne encore plus que la musique.

«Je dis aux élèves que c'est à eux d'inventer leur métier de musicien, de faire en sorte qu'on les demande.»

Même s'il a vu le nombre d'élèves diminuer légèrement dans les écoles, il n'est pas inquiet pour la musique.

«Apprendre la musique, ce n'est pas facile. De plus, si les gens ne paient plus pour la musique, comment envisager de faire ça et d'en vivre? Mais quand la musique nous pique, on a le goût d'en faire.»

En plus d'enseigner un peu partout, l'altiste mène plusieurs projets à titre de musicien.

Il fait partie d'un quatuor, d'un trio, il accompagne des chansonniers et écrit de la musique, ce qu'il a fait notamment pour le théâtre La Rubrique et un film. C'est cet éventail de possibilités qui lui permet de demeurer si passionné.

«Quand la passion de quelque chose baisse un peu, je fais autre chose», explique-t-il simplement.

Cet été, il a été invité à se joindre à l'Orchestre à cordes de Baie-Comeau afin d'embarquer sur un bateau de ravitaillement qui fera escale dans chaque ville de la Côte-Nord. Il enseignera au camp Intermezzo d'Arvida en août.

À l'automne, il reprendra l'enseignement à Alma, Roberval, Jonquière, en plus de poursuivre au sein de l'Orchestre symphonique.

Le musicien n'a pas fini de semer des notes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer