Vendredi au Café-Théâtre Côté-Cour

Bia présente son nouvel opus

Bïa sera de passage au Café-Théâtre Côté-Cour de... ((Courtoisie))

Agrandir

Bïa sera de passage au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière vendredi soir pour présenter son nouvel opus Navegar.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Bïa arrive à Saguenay en même temps que le beau temps avec, dans ses bagages, un nouvel opus intitulé Navegar. Un disque rempli de soleil et de vagues qu'elle prépare depuis des années avec passion. Un opus qui fait sa fierté et qu'elle fera découvrir au public du Café-Théâtre Côté-Cour en l'invitant à naviguer à ses côtés, vendredi soir.

En évoquant la salle jonquiéroise, Bïa se remémore de bons souvenirs. Elle y est passée en compagnie d'Yves Desrosiers en 2011. Elle est maintenant impatiente de s'y produire en solo, accompagnée de ses trois musiciens (Jessica Vigneault (la fille de Gilles) au piano,

Sheila Hannigan au violoncelle et Dan Gigon à la basse).

«Ça avait été un super moment à Jonquière. Le public de la région est extraordinaire. Il est attentif, présent, enthousiaste et il nous donne un «feedback» qui nous nourrit énormément quand on est sur scène. On sent l'énergie de la salle», affirme l'artiste.

Le Côté-Cour est exactement le type de salle qu'elle privilégie pour la nouvelle tournée qu'elle amorce à peine.

«La salle est intime, elle permet de varier entre les moments de très grande douceur et les moments de grande énergie. Pour le genre de spectacle que je présente en ce moment, ce sont les endroits que j'aime le plus. J'ai un faible pour ces salles parce qu'après les spectacles, on peut échanger avec le public, ça me nourrit énormément.» Des années se sont écoulées depuis la sortie du dernier album de Bïa paru en 2008. Navegar est sur les tablettes depuis un mois et demi. À l'image des cultures qui habitent l'auteure-compositrice-interprète, le disque est composé d'un mélange de pièces en portugais et en espagnol, mais aussi en français.

«Pour une première fois, je suis aussi productrice de mon album. C'est un peu comme un bébé plus important pour moi, puisque j'ai passé des années à travailler dessus pour que ce soit à mon goût. Je suis allée plusieurs fois au Brésil pour enregistrer et pour faire les photos. J'y ai mis un soin presque maniaque. Je voulais un objet qui fait voyager, qui fait rêver, dans la musique comme dans l'image», explique-t-elle.

L'artiste est satisfaite du résultat qu'elle tient maintenant entre ses mains.

«Je suis très contente de partir avec ça sur les routes. En presque 18 ans de carrière, j'ai fait beaucoup d'albums. Chaque fois, on essaie de se renouveler. Des fois on y arrive, parfois on est moins satisfait. C'est la première fois que je n'ai aucun regret. J'ai vraiment pris le temps de le faire. C'est magique pour moi. C'est un album qui porte beaucoup de ma vie, de mon bonheur de vivre et de mes peines aussi.»

Comme l'album, elle compare le spectacle qu'elle présentera à une navigation. «Le spectacle et l'album se promènent entre des moments très intimistes, mélancoliques, doux et des moments sensuels, joyeux, mêmes drôles. C'est vraiment comme une navigation. La mer peut être accueillante, sensuelle, délicieuse, mais aussi traîtresse, rude, et nous mettre à l'épreuve et nous secouer dans nos émotions. C'est une métaphore de la vie.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer