Du Charlebois enflammé

Quelque 400 personnes ont assisté au spectacle de... ((Photo Mariane L. St-Gelais))

Agrandir

Quelque 400 personnes ont assisté au spectacle de Robert Charlebois, hier soir, au Théâtre Banque Nationale.

(Photo Mariane L. St-Gelais)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Robert Charlebois a enflammé le Théâtre Banque Nationale hier soir. Le géant de la chanson québécoise débordait d'énergie, une fougue que la foule lui a bien rendue.

Le ton était lancé dès le lever du rideau: les neuf musiciens sur scène ont réchauffé les spectateurs qui ont ensuite accueilli Robert Charlebois comme une rock star.

Le chanteur est arrivé sur scène en dansant, s'est emparé du micro et a lancé le party avec Engagement, pendant que la foule tapait des mains.

Étonnamment, seulement quelque 400 places sur les quelque 700 disponibles avaient trouvé preneur pour assister à la tournée Charlebois - 50 ans - 50 chansons qui célèbre le demi-siècle de carrière de cette icône de la chanson québécoise. Pour tous ceux qui avaient hésité à acheter des billets, tenez-vous-le pour dit: vous avez manqué tout un spectacle.

Robert Charlebois enfilait les chansons les unes après les autres, se déhanchant, dansant et tournant sur place avec le micro sur pied qu'il décrochait pour mieux arpenter la scène et interagir avec la foule et ses musiciens.

La foule avait à peine le temps d'applaudir à tout rompre entre les chansons que l'artiste, qui fêtera bientôt ses 70 ans, enchaînait un autre succès avec la même énergie.

L'auteur-compositeur-interprète ne fait pas que chanter: il raconte ses chansons. Chaque parole est accompagnée d'un geste, d'un mime ou d'une expression faciale qui donne vie à ses oeuvres.

Les musiciens qui accompagnaient le chanteur avaient eux aussi visiblement bien du plaisir sur scène. Le saxophoniste, le trompettiste - Charles Imbeau, originaire de Chicoutimi - et tromboniste, portant tous une chemise ou un veston à carreaux rouge et noir, visiblement complices, ajoutaient leurs propres mimiques à celles du chanteur.

Le jeu d'éclairage, qui formait trois cercles concentriques qui changeaient de couleur au rythme des chansons, à l'arrière des musiciens, ajoutait au dynamisme de la performance.

S'il a joué du «air guitar» à quelques reprises pendant le spectacle, Charlebois, en musicien accompli, n'a pas hésité à jouer de la batterie, de l'harmonica et de la guitare (qu'il a léchée avant de faire le signe du diable et de la redonner à son guitariste).

Charlebois - 50 ans - 50 chansons est en quelque sorte un spectacle dont vous êtes le héros: avant chaque spectacle, les spectateurs sont invités à voter en ligne pour les 25 chansons qu'ils souhaitent entendre.

Entr' deux joints, Les ailes d'un ange, Conception, Les talons hauts, Lindberg, Je reviendrai à Montréal ont sans étonnement fait partie des chansons choisies par le public, qui connaissait les refrains par coeur et les chantait avec Charlebois. Sur J'taime comme un fou, tous les spectateurs s'étaient levés, dansant et faisant de l'aérobie avec l'artiste.

Une personne du public, Chantale Tremblay, a même pu fouler les planches aux côtés du chanteur et interpréter avec lui Madame Bertrand.

En deuxième partie, l'artiste avait troqué son t-shirt et son veston pour un chandail des Expos, qu'il a changé pour celui du Canadien lors du rappel, auquel nous n'avons pu assister en totalité, Robert Charlebois, en étant rendu à la deuxième chanson du deuxième rappel, au grand plaisir du public.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer