Des taches qui inspirent

Les artistes Micheline Hamel et Lucie Lapointe entourent... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Les artistes Micheline Hamel et Lucie Lapointe entourent Hélène Dallaire, coprésidente de la Corporation des femmes d'affaires du Saguenay. Histoire de taches a permis de créer des liens entre les milieux des arts et des affaires.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

Difficile de croire que de simples taches peuvent servir d'inspiration pour de magnifiques toiles. Pourtant, pour une deuxième année consécutive, les artistes de La Maestria en font la démonstration avec Histoire de taches.

Dans le cadre de la Journée internationale des femmes, les artistes avaient invité les membres de la Corporation des femmes d'affaires du Saguenay à prendre part à l'exercice. Une collaboration qui, en plus de donner vie à des tableaux réussis, a permis de créer des liens entre le monde des arts et celui des affaires.

«C'est une belle invitation que nous avons reçue», affirme Hélène Dallaire, coprésidente de la Corporation des femmes d'affaires du Saguenay, également directrice générale du Théâtre Les Amis de Chiffon. "Ç'a été une rencontre extraordinaire. Ça nous a permis de vivre de beaux moments. Nous avons eu un privilège», estime-t-elle.

Chacun des dix artistes de La Maestria a mis deux toiles et le matériel qu'il utilise au service des artistes-complices.

Les femmes d'affaires ont donné les premiers coups de pinceau sur les tableaux.

Par exemple, une petite tache ondulée est devenue la crinoline d'une robe dans Apothéose de Lucie Lapointe. Des bisous en "x" dessinés par un enfant ont inspiré des moustaches dans Feux d'artifice, tambours et trompettes de Micheline Hamel.

Encore une fois, les artistes ont démontré que leur imagination n'a pas de limite.

«Il y a toujours un déclencheur», affirme la peintre Lucie Lapointe. «C'est stimulant. Ç'a réveillé quelque chose en moi, ça m'a amené à explorer d'autres avenues. Ça m'a poussé à aller plus loin dans mon art», affirme-t-elle.

«C'est déséquilibrant comme exercice», affirme l'aquarelliste Micheline Hamel. "Ça nous sort de notre zone de confort. Celui qui fait une tache nous invite à aller dans une caverne où on ne va pas souvent.»

Au-delà de la démarche artistique, Histoire de taches se voulait également une occasion de créer des liens entre le monde culturel et le monde des affaires.

«Ç'a amené les femmes à considérer ce qu'est une oeuvre d'art, à s'attarder aux coups de pinceau, à comprendre ce que ça représente en valeur. Les artistes sont aussi des gens en affaires», souligne Hélène Dallaire.

«Les entreprises peuvent supporter les artistes. C'est aussi un aspect qui a été abordé. On souhaite que les gens d'affaires pensent aux artistes si leur entreprise a besoin d'offrir un cadeau par exemple», explique Micheline Hamel.

Autant les artistes que les femmes d'affaires sont heureux du résultat. «C'est une rencontre de réseautage réussie pour la corporation», affirme Hélène Dallaire. «C'est un maillage positif», estime Micheline Hamel.

Le public est invité à venir découvrir le résultat de Histoire de taches dimanche, de 13h à 16h, à l'espace de La Maestria située au 18 Racine est à Chicoutimi. L'entrée est libre et des artistes seront sur place pour expliquer leur démarche, répondre aux questions et aider les visiteurs à retrouver dans les tableaux, les petites taches qui les ont inspirés.

Amgravel@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer