• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > Trois légendes réunies pour raconter l'histoire du blues 

Trois légendes réunies pour raconter l'histoire du blues

Le duo formé par les légendes du blues... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Le duo formé par les légendes du blues James Cotton et John Hammond a lancé la fête sur les notes de Tell Me Mama.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Les trois légendes du blues John Hammond, James Cotton et Charlie Musselwhite ont proposé un voyage dans l'histoire du blues aux 600 personnes qui s'étaient déplacées hier soir au Théâtre Banque Nationale pour assister au The Blues Hall of Fame Tour.

Le spectacle présenté depuis plusieurs mois à travers le continent nord-américain s'est arrêté à Chicoutimi dans le cadre du Festival jazz et blues de Saguenay.

John Hammond a ouvert le spectacle guitare à la main et harmonica accroché au cou. Le bluesman américain a tenu à s'adresser en français à la foule. «Je suis très content d'être ici ce soir... Je parle un peu le français!» a-t-il lancé d'emblée aux spectateurs.

Il a continué à employer la langue de Molière tout au long de la première partie, ne faisant le saut en anglais que lorsqu'il souhaitait présenter plus longuement une chanson, un effort qui a visiblement été apprécié par les spectateurs.

John Hammond a transporté dans le temps les amateurs en leur offrant du blues classique, qui vibrait au rythme de l'harmonica et de la guitare acoustique, troquée parfois pour une guitare à résonateur. Assis sur un tabouret, tapant du pied, il a entraîné la foule avec lui.

Après 30 minutes en solo, l'harmoniciste James Cotton est venu le rejoindre sur scène. La fête a commencé lorsque le duo s'est lancé sur les notes de Tell Me Mama. Si le bluesman a perdu la voix, il n'a pas perdu son souffle.

Celui qui a dû cesser de chanter après avoir été opéré pour un cancer de la gorge, à la fin des années 1990, a mérité à plusieurs reprises de chauds applaudissements du public après de longs solos où il a démontré toute la force de son talent. James Cotton ne ménageait pas son énergie: après deux morceaux, il devait déjà s'essuyer le visage.

Le duo a quitté la scène à la fin de la première partie, promettant de revenir un peu plus tard. La troisième légende, en foulant les planches lors de la reprise du spectacle, a définitivement lancé la fête. Les cris se sont ajoutés aux applaudissements lorsque Charlie Musselwhite et son band ont ouvert avec le succès I'm Just a Bad Boy.

L'ambiance était maintenant au blues contemporain. Quelques personnes se sont même levées au balcon pour danser sur les notes du groupe. Charlie Musselwhite s'éclipsait du micro pour laisser toute la place à ses musiciens. Les spectateurs ont notamment pu apprécier le talent du guitariste du groupe.

Heure de tombée oblige, il nous a été impossible de savoir si John Hammon et James Cotton ont tenu promesse en rejoignant le groupe sur scène, offrant certainement le clou du spectacle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer