Elle présente l'album Mes berceuses

Marie-Élaine Thibert, apôtre du sommeil

Marie-Élaine Thibert a réglé son problème en enregistrant... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Marie-Élaine Thibert a réglé son problème en enregistrant l'album Mes berceuses, puisque sa fille trouve le sommeil plus rapidement qu'avant.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Pour faire plaisir à Marie-Élaine Thibert, dites-lui qu'elle endort son public. C'est le plus beau compliment qu'on puisse faire à une chanteuse dont le nouvel album a pour titre Mes berceuses, ainsi que l'a confirmé la principale intéressée hier, lors d'une entrevue accordée au Quotidien.

« Ça a marché avec ma fille et les réactions sur mon Facebook envoient des échos favorables, a-t-elle indiqué pendant une visite au journal. Je dois dire que les arrangements ont été planifiés de telle manière qu'ils ne dérangent pas l'oreille des enfants. Il fallait aussi que l'écoute fonctionne à faible volume, qu'on obtienne un fond enveloppant. »

L'élément déclencheur du projet fut la petite Marie-Félix, âgée de deux ans. Elle a le sommeil difficile, ce qui trahit une énergie débordante qui, bien sûr, menace d'éroder celle de ses parents. Constatant qu'aucun disque n'était à la hauteur du problème, sa mère a eu l'idée de prendre les choses en mains, d'en faire un à son goût.

C'était une affaire privée jusqu'en août dernier, moment où, à force d'échanger avec d'autres parents, Marie-Élaine Thibert a réalisé qu'il y avait de l'intérêt pour une production capable d'apaiser tous les bébés, y compris les plus dynamiques. Il restait à créer les chansons et pour la première fois, l'artiste a souhaité planter sur les textes.

Elle en a pondu neuf qui ont été confiés au pianiste Benoit Sarrasin, l'homme derrière le spectacle Brel auquel participe l'interprète depuis quelques années, ainsi que la tournée d'Isabelle Boulay consacrée au répertoire de Serge Reggiani. Un véritable ensorceleur.

« Je lui ai dit de faire ce qu'il voulait et j'ai été impressionnée de voir à quel point ses versions piano-voix donnaient une autre dimension à mes textes. J'avais hâte à chaque fois qu'il m'envoyait une nouvelle composition », raconte Marie-Élaine Thibert.

Les arrangements concoctés par son conjoint Rémy Malo, de même que Marco Tessier, laissent filtrer quelques références à l'ailleurs. Des accents celtiques, marocains et haïtiens qu'accompagne une allusion à Ani couni chaouani, cette prière amérindienne que tous les enfants du Québec ont chantée.

Pour conserver un ton égal, vecteur d'une forme de sérénité, l'interprète avait accroché des photographies de sa fille et de ses grands-parents à l'intérieur du studio. « J'ai aussi apporté une marionnette qui appartient à ma fille, le genre qu'on place sur un doigt. Comme ça, je gardais toujours le sourire » , relate Marie-Élaine Thibert.

Elle qui a produit l'album, qui en a financé la création, précise qu'on peut le trouver chez Jello Musique d'Alma, dans quelques pharmacies Jean Coutu et dans les magasins Souris Mini. Une autre option consiste à visiter son site internet pour le commander.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer