Festival REGARD sur le court métrage

Un rayonnement incomparable

Le directeur général du Festival REGARD sur le... ((Photo Le Quotidien, Michel Tremblay))

Agrandir

Le directeur général du Festival REGARD sur le court métrage, Ian Gailer, est entouré des cinéastes du film Bleu tonnerre, gagnant de deux trophées, Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné.

(Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Festival REGARD sur le court métrage a réussi cette année à rayonner dans les médias nationaux du Québec en trouvant écho dans les grands journaux, au Téléjournal et sur la tribune de Tout le monde en parle à Radio-Canada grâce à une entrevue avec la porte-parole Sandrine Bisson.

«Si le festival veut continuer à prendre de l'ampleur, il va falloir une implication des gens d'affaires et des commerçants qui devront s'approprier l'événement et s'adapter à son rythme. L'activité a un horaire atypique et on se retrouve le soir à 22 h avec 900 ou 1000 personnes qui cherchent un restaurant pour souper», a commenté le directeur général Ian Gailer à l'issue de la 19e édition.

«La ville nous supporte bien et est très accommodante en ce qui a trait aux nombreux services. Les différents organismes nous soutiennent, mais si Saguenay veut que l'événement occupe encore plus de place et génère plus de rayonnement, les élus devront prendre une décision politique pour augmenter le soutien financier. Il faut retenir que 40% de notre financement vient de subventions», indique Ian Gailer qui gère 20 employés et plus de 150 bénévoles.

De l'avis de nombreux observateurs, le festival a atteint sa maturité et possède une solide expertise à plusieurs niveaux. «Si on veut faire des projections en plein air, éclairer la rue Racine d'écrans géants et se montrer plus visible dans la ville, ça va prendre des investissements. Le festival peut durer 100 ans sous sa forme actuelle, mais si on veut le propulser vers de plus hauts sommets, ça devra être une décision politique», commente celui qui tient la barre de l'événement depuis les huit dernières années.

Pour ce qui est de l'achalandage, l'ensemble des projections (plus de 200 films) s'est déroulé dans des salles bien remplies et Ian Gailer estime la progression à environ 5% comparativement à l'an passé alors que le festival évaluait à 35 000 le nombre de festivaliers.

La programmation a été saluée par tous les cinéphiles. «Il y en a pour tous les goûts, des films populaires humoristiques, des drames touchants, mais aussi des projets plus pointus pour les gens du métier et un peu moins accessibles, on cherche à garder un équilibre pour satisfaire la curiosité à tous les niveaux», fait ressortir le directeur général.

L'équipe de REGARD songe déjà à la préparation du 20e anniversaire, l'an prochain. «On veut continuer de rayonner à travers le monde et à travers le Québec. On va continuer à gagner nos collaborateurs un par un en insistant pour qu'ils reviennent avec des amis l'année suivante et qu'ils deviennent des ambassadeurs. C'est comme ça qu'on a bâti notre expertise et qu'on a installé des bases solides, petit à petit, sans grand coup d'éclat, en faisant toujours mieux que l'année précédente», conclut le chef d'orchestre du festival.

acheteur pour Bleu tonnerre

Les cinéastes Jean-Marc E. Roy et Philippe David Gagné, réalisateurs du film Bleu tonnerre, gagnant du Prix Créativité et de la Bourse de création régionale Bell Média, ont appris hier que leur film a été acheté par la chaîne publique culturelle et européenne ARTE. La chargée des courts et moyens métrages de la chaîne européenne, Hélène Vayssières, a fait part de ses intentions, hier, dans les bureaux de REGARD à l'Hôtel Chicoutimi.

«Nous sommes vraiment contents. Ça va permettre aux images de Saguenay d'être diffusé en Europe et ça procure de la crédibilité à notre travail», a fait valoir Philippe David Gagné.

Pour Jean-Marc E. Roy, les prix remportés en fin de semaine jettent de la lumière sur le film. «Ces prix vont inciter différents festivals à travers le monde à sélectionner le film dans leur programmation. Le film pourrait nous faire voyager à travers le monde et nous sommes bien curieux de voir la réaction des gens qui parlent une autre langue que le français», indique le réalisateur, qui se dit très heureux d'avoir été honoré à travers ses pairs à Saguenay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer