Le groupe Mosaïque au Côté-Cour samedi

Quand Jonquière et Calcutta se rejoignent

Jayanta Guha affirme que le spectacle de samedi,... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Jayanta Guha affirme que le spectacle de samedi, à Jonquière, comportera plusieurs compositions faisant écho au récent voyage du groupe Mosaïque au Bengale.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Jonquière et Calcutta feront l'objet d'un jumelage informel, samedi à 20 h 30. De fait, le spectacle donné par le groupe Mosaïque au Café-Théâtre Côté-Cour se situera dans le droit fil du voyage que les musiciens ont effectué il y a deux mois, dans la principale ville du Bengale.

C'est d'ailleurs une vidéo qui ouvrira la soirée, un document d'une quinzaine de minutes relatant les grands moments de ce séjour. Rappelons que deux sorties en compagnie d'un artiste très populaire dans cette région, Surojit, ont produit des critiques on ne peut plus favorables.

Quant au spectacle proprement dit, il fera écho au voyage par l'entremise quelques compositions étrennées là-bas. « On va présenter des pièces qui n'ont jamais été jouées ici. C'est un mélange de rythmes de l'Inde, du Brésil et du Moyen-Orient », précise le fondateur de la formation saguenéenne, Jayanta Guha.

Une autre nouveauté sera introduite par le musicien Ovide Coudé. Pour la première fois depuis la construction de l'édifice qui abrite le Côté-Cour, il y a un siècle, on y jouera du dotara, un instrument à cordes dont des chanteurs bâuls lui ont fait cadeau à Calcutta.

« Ce sont des genres de griots, comme ceux qu'on retrouve en Afrique. Ils passent leur vie à chanter et le font dans le contexte d'une démarche spirituelle » , explique Jayanta Guha. Il ajoute que son camarade va mailler le dotara à deux airs folkloriques du Bengale.

Le programme comprendra également des pièces que Mosaïque et Surojit ont eu la chance d'interpréter ensemble à Calcutta, ce qui constituera un autre clin d'oeil au voyage. Le groupe sera d'autant plus motivé qu'il vient d'entendre le mixage de quelques titres enregistrés avec son partenaire et ami.

« Ça nous a fait chaud au coeur. Il y a des sonorités hors du commun » , rapporte Jayanta Guha. Quelques arrangements restent à peaufiner et le percussionniste s'attend à ce que l'album soit mis en marché d'ici à la fin de l'année, en Inde comme au Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer