Objectif de Ian Gailer pour 2016

Les yeux tournés vers les Oscars

Ian Gailer, directeur général de REGARD, Sébastien Pilote... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Ian Gailer, directeur général de REGARD, Sébastien Pilote et Bogdan Stefan, cinéastes, lors de la soirée régionale de REGARD sur le court métrage.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

L'équipe du Festival REGARD sur le court-métrage à Saguenay se prépare pour se rendre aux Oscars. «En vue du 20e anniversaire l'an prochain, nous avons resserré cette année tout ce qu'on fait de mieux. La programmation, la diffusion des films, la promotion et les partys; que voulez-vous, ça fait aussi partie de ce qui nous caractérise, tout ça est bien rôdé. Maintenant, on veut que les gagnants du festival soient invités à participer aux Oscars.»

C'est le nouveau défi que s'est fixé le directeur général de l'événement, Ian Gailer. Il a fait part de ce projet lors d'une entrevue, hier soir, avec Le Quotidien, lors de l'incontournable soirée d'ouverture du Festival international du film court présenté au Théâtre Banque Nationale devant près de 700 spectateurs.

«Nos ordinateurs, nos équipements électroniques, les éléments techniques, la gestion administrative sont des éléments fiables de notre organisation. Nous avons maintenant la crédibilité nécessaire pour frapper à la porte de la prestigieuse sélection de la cérémonie des Oscars. Nous avons déjà entrepris des démarches. Des contacts sérieux sont déjà établis. L'an passé une membre de l'organisation américaine avait presque son billet en main pour venir nous rencontrer à Saguenay. On les espère l'an prochain», fait valoir Ian Gailer.

Le festival de Saguenay répond maintenant aux nombreux critères de sélection qui permettent à un festival de films court-métrage d'avoir accès à ce prestigieux événement cinématographique. «Une fois reconnus par les Oscars, nos films gagnants feraient partie de la liste des 70 films sélectionnés. Un jury choisira ensuite les huit finalistes et le gagnant. Une reconnaissance par les Oscars nous procurerait une crédibilité importante sur la scène internationale», explique Ian Gailer qui ne veut pas faire d'erreur. Si la démarche est refusée, on devra attendre encore cinq ans pour frapper de nouveau à la porte du plus grand événement cinématographique.

Comme dans biens des cas, l'argent est le nerf la guerre pour ce genre de démarche, laquelle nécessite des déplacements et des budgets pour recevoir des personnalités influentes dans le domaine du cinéma.

Pour le cinéaste Alain Corneau, REGARD a atteint sa maturité et l'équipe en place a déjà donné tous les efforts. «Il faut maintenant que la communauté endosse cet événement avec plus de vigueur. Le monde des affaires, la ville de Saguenay, le ministère de la Culture, le Conseil des arts et les différents intervenants économiques doivent supporter davantage le festival pour qu'il relève le défi de l'expansion», fait valoir un des pionniers du cinéma au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer