Cégep de Jonquière

Une salle dédiée aux arts visuels

Steve Renald et France Tremblay annoncent l'ouverture d'une... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Steve Renald et France Tremblay annoncent l'ouverture d'une galerie d'art au Cégep de Jonquière.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

« Ça fait 20 ans qu'on attend ça », a lancé Steven Renald après avoir été photographié en compagnie de France Tremblay, coordonnatrice des communications au Cégep de Jonquière. L'enseignant en art faisait référence à la galerie et à la salle de projection qui seront inaugurées à 16 h aujourd'hui, à l'intérieur de la bibliothèque du collège.

Au moment de l'entrevue, jeudi, des oeuvres réalisées par des employés meublaient l'espace depuis quelques jours. C'était une avant-première en quelque sorte, puisque la première exposition officielle, Encaisser l'existence, réunit des photographies de Nicolas Lévesque.

Ces images mettent en scène des adolescents âgés de 12 à 17 ans dont la caméra capte un moment de vraie-fausse intimité. Elles s'inscrivent dans le droit fil de la démarche de l'artiste originaire de Roberval, soucieux de mettre en relief des faits de société. On n'est pas loin de la mission du cégep qui forme, entre autres, des étudiants en service social.

La fonction pédagogique du nouveau lieu de diffusion épousera d'autres dimensions, faisant écho à la présence des programmes Arts, lettres et communication, Sciences, lettres et arts, ainsi qu'Arts visuels à Jonquière. Parmi la douzaine d'expositions qu'on y tiendra chaque année, y compris en été, plusieurs seront liées à des projets académiques.

« Il y a toujours eu des endroits où on pouvait tenir des expositions, notamment la Salle polyvalente. La différence est qu'ici, on se trouve dans un environnement dédié aux arts visuels », fait valoir Steven Renald. Il est d'autant plus heureux que depuis deux semaines, les visiteurs se font nombreux. Comme il n'y a pas de porte, il est tentant d'y jeter un oeil.

« On ne veut pas que ce soit un éléphant blanc. Cet espace doit servir la communauté », énonce le professeur. C'est dans cet esprit qu'il envisage des collaborations avec les centres d'artistes de la région, une idée qui sourit à France Tremblay. « Ce sera un moyen de démocratiser l'art », anticipe la porte-parole du cégep.

Conditions optimales

Aménagée à l'entrée de la bibliothèque, là où nichait le centre d'aide aux étudiants (il a été déménagé), la galerie d'art tient compagnie à une salle de projection offrant des conditions techniques optimales. À l'intérieur de ses murs insonorisés, une quarantaine de personnes pourront s'asseoir en face de l'écran d'une largeur de 12 pieds.

Là encore, la vocation première est de nature pédagogique. « Je peux donner un cours dans la galerie, puis projeter un film », indique Steven Renald. Parmi les utilisateurs, on remarque également le festival De l'âme à l'écran, qui y présentera des courts métrages aux membres du jury.

Précisons que la première projection, intégrée aux activités entourant l'inauguration des deux espaces, mettra à l'honneur un film de sept minutes réalisé par un étudiant en Techniques de production et de postproduction télévisuelles, Widy Haral. Il a pour titre Matière, Ô matière, dis-moi qui je suis et traite d'un projet en art piloté par Steven Renald.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer