Jamais plus la grève de la faim

Sonia Côté... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Sonia Côté

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le Quotidien

Lorsque j'ai dit le 19 février 2015 que je songeais à une grève de la faim pour sauver le projet de Coopérative d'habitation la Persévérance, un tsunami d'inquiétudes a surgi. Les abondantes réactions par courriel, téléphone et Facebook étaient unanimes: la grève de la faim n'était pas la solution.

Depuis 17 ans, Dieu sait qu'il y en a eu des obstacles à abattre pour chacun des projets de logements sociaux que nous avons fondés. Mais aucun n'aura été aussi près de la mort que celui de la Coopérative d'habitation la Persévérance! Nous allions perdre dans les prochaines heures un projet de 3,6 M$, incapable de naître à cause d'un terrain contaminé... À bout de souffle, désarmée devant une fin si injuste, mon coeur voulait sonner l'alarme générale. Dans le feu ardent et brûlant de l'action, une grève de la faim est venue sans que je prenne le temps requis d'analyser les tenants et aboutissants.Une fois annoncé au grand jour, de forts vents ont soufflé sur moi. Une remise en question était alors nécessaire. Après discernement, il était évident qu'une grève de la faim n'était pas le chemin à prendre. La vie d'une personne est précieuse et sacrée, et il aurait été injustifiable et contre mes valeurs de continuer vers une direction qui m'amenait vers la mort. Je n'apprendrai rien à personne si je vous dis que je suis une personne passionnée, qui se donne corps et âme pour faire avancer le droit au logement à Saguenay afin que soient logés dignement les locataires dans le besoin. En pensant à une grève de la faim, j'ai laissé malheureusement et de façon momentanée, dominer la passion désordonnée du coeur plutôt que la raison et la réflexion. Je tiens donc à m'excuser pour l'inquiétude que cette idée a pu causer chez celles et ceux qui appuyez et supportez les combats de Loge m'entraide depuis toujours! Merci à vous qui avez pris le temps de m'exprimer avec respect votre opinion, permettant de m'éclairer. Lorsque que l'on s'apprête à prendre une fausse route, il faut savoir écouter autour de soi... savoir reculer pour revenir sur le bon chemin et c'est ce que j'ai fais. Après tout, tout le monde a droit à l'erreur puisque personne n'est parfait sur cette terre! Je tourne maintenant la page sur cet épisode isolée et je continue le combat toujours aussi passionnée, mais cette fois-ci, avec une expérience de plus dans mon bagage de militante et d'intervenante sociale! Jamais plus la grève de la faim...

Sonia Côté,

coordonnatrice de Loge m'entraide

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer