Sophie Pelletier

L'album de tous les commencements

Sophie Pelletier a plusieurs raisons d'être fière de... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Sophie Pelletier a plusieurs raisons d'être fière de son premier album, Le désert, la tempête.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

Trois ans après avoir accédé à la finale de l'émission Star Académie, une expérience qui a changé le cours de sa vie, Sophie Pelletier sort son premier album, Le désert, la tempête, sur une étiquette de disques qu'elle-même a portée sur les fonds baptismaux. La voici donc prête à montrer que le concours télévisé ne fut pas un miroir aux alouettes.

Il avait permis d'apprécier l'interprète, mais cette fois-ci, c'est l'auteure et la compositrice qui occupent le devant de la scène. Grâce à la complicité du réalisateur André Papanicolaou, 11 de ses chansons côtoient les deux qui ont été écrites par Steve Marin et Sylvie Paquette, de concert avec François Welgryn et Martine Coupal.

La première pièce qui figure sur le CD, qui est aussi le premier simple, a pour titre Sans remords. C'est une carte de visite à plus d'un titre. «Ça illustre ce que je pense de la vie. Pour moi, c'est carpe diem. On profite pleinement du moment présent», a raconté la jeune femme jeudi, lors de son passage au journal.

Elle parle de l'album comme d'un bébé, d'un bijou, et pour cause. Sophie Pelletier est fière d'y montrer toutes les facettes de son talent, son côté country, ses accents blues, quelques ballades et un zeste de folk. Ça aurait pu donner une drôle de macédoine, d'où l'importance du travail accompli par le réalisateur.

«Trois personnes différents avaient avancé son nom. J'ai donc mené une petite recherche pour constater qu'il avait travaillé sur le disque de Patrice Michaud, que j'ai beaucoup apprécié. Je me suis ensuite rendue au Vert Bouteille, un soir où André jouait. Il a accepté de collaborer avec moi», raconte la chanteuse.

Elle lui attribue le mérite d'avoir formé un tout cohérent avec ses compositions qui allaient dans plusieurs directions. C'est aussi lui qui a recruté la plupart des musiciens figurant sur l'enregistrement et qui lui a donné la confiance nécessaire pour donner le meilleur d'elle-même.

L'autre condition pour que naisse Le désert, la tempête, ce fut la participation de Sophie Pelletier à Star Académie. Avant d'être sélectionnée, la jeune femme s'apprêtait à compléter une formation en éducation spécialisée, un secteur d'activité qui l'intéresse vivement. C'était devenu sa première option jusqu'à ce que la chanson revienne au centre de l'écran radar.

Fille et petite-fille de musiciens, elle avait commencé tôt à se produire en public. On l'a vue chanter aux tables dans les restaurants de Rivière-Ouelle, son patelin, puis dans une longue suite de concours comprenant le Festival de la chanson de Saint-Ambroise, remporté en 2003 dans la catégorie Interprète. Il manquait toutefois un maillon à la chaîne.

«Star Académie m'a procuré de la visibilité. Il y a plein des gens qui ont besoin de voir un artiste à la télévision pour réaliser qu'il existe», constate Sophie Pelletier. Aujourd'hui, par contre, elle souhaite amorcer la prochaine phase de sa carrière dans des salles intimistes, là où ses compositions fleuriront tout doucement.

«Je vis sur la scène et je compte amorcer ma tournée à l'automne. J'en profiterai sûrement pour revenir au Saguenay-Lac-Saint-Jean», promet la chanteuse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer