La Bourse Objectif Scène reviendra à Jonquière

Marie-Hélène et le violon d'Irina

Membre du groupe Mes Aïeux, la violoniste Marie-Hélène... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Membre du groupe Mes Aïeux, la violoniste Marie-Hélène Fortin est la marraine de la Bourse Objectif Scène, dont la neuvième édition aura lieu à Jonquière.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

L'autobus du show-business dont parlait Jean-Pierre Ferland comprend plus de deux portes. Prenez Marie-Hélène Fortin, du groupe Mes Aïeux. Qui aurait pu prévoir que le violon que lui a donné sa grand-mère Irina, qui vivait à Chicoutimi, deviendrait la pierre d'assise d'une carrière amorcée il y a près de 20 ans?

C'est pourtant ce qui s'est produit, ainsi que l'a révélé la musicienne et comédienne mardi, lors d'une entrevue accordée au journal. L'instrument miniature qu'elle avait martyrisé dans son enfance s'est rappelé à son bon souvenir lorsqu'on l'a invitée à joindre les rangs de la formation trad.

«J'ai repris le violon avec Mes Aïeux et peu à peu, ma confiance a grandi. C'est au cours de cette période que le groupe a développé un rapport intime avec le public. On donnait des spectacles dans toutes sortes d'endroits, y compris une boulangerie. On misait sur le bouche-à-oreille pour fidéliser les gens», rapporte Marie-Hélène Fortin.

Le quintette n'a pas ressenti le besoin de participer à des concours pour se faire connaître, ce qui ne veut pas dire que la musicienne lève le nez sur cette option. C'est même le contraire, puisqu'elle a accepté le rôle de marraine pour la Bourse Objectif Scène, dont la neuvième édition aura lieu le 28 mai, au Café-Théâtre Côté-Cour de Jonquière.

À ses yeux, il s'agit d'un bon véhicule pour développer son talent, autant que pour le mettre en relief. «Le prétexte est super et dans les concours, il y a les lauréats, mais même ceux qui ne gagnent pas peuvent faire bonne figure», énonce Marie-Hélène Fortin.

Elle assistera à la finale, comme on s'en doute. En plus d'aider les participants à gérer les 15 minutes dont ils disposeront pour impressionner les juges et le public, la violoniste profitera d'un atelier sur la relation entre les artistes et les agents pour partager un peu de son expérience.

«Au début de Mes Aïeux, on s'autogérait. On a ensuite confié le mandat à notre maison de disques et ça s'est bien passé. Il faut dire qu'on était rendus à la fin de la vingtaine et qu'on avait eu la chance de valider nos impressions en échangeant avec les autres membres du groupe», indique Marie-Hélène Fortin.

La Bourse Objectif Scène épouse sensiblement les mêmes contours que l'an passé. Elle embrasse tous les arts de la scène, pas juste la musique, et s'adresse aux personnes âgées de 18 ans et plus (depuis 2014, on déborde au-delà de 35 ans). Elles doivent aussi être originaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean où y habiter depuis un an.

Les intéressés doivent soumettre leur candidature d'ici au 31 mars (le formulaire est disponible à l'adresse www.objectifscene.com). Un jury sélectionnera ceux qui iront en finale, où ils courront la chance de remporter 7000$ en prix et bourses.

«Le concours constitue une belle vitrine en raison de la présence de diffuseurs et d'agents. En plus, c'est l'occasion de se produire dans de bonnes conditions, à l'intérieur d'une salle de niveau professionnel», fait valoir la coordonnatrice d'Objectif Scène, Line Tremblay.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer