40e Salon international du cercle de la cité du Vatican

L'argent pour Ruth Brassard

Ruth Brassard, artiste peintre de Jonquière.... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Ruth Brassard, artiste peintre de Jonquière.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

L'artiste-peintre de Jonquière Ruth Brassard a remporté une médaille d'argent, dans la catégorie portrait, en novembre dernier, dans le cadre du 40e Salon international du cercle présenté à la «Galeria Pigna» à la cité du Vatican où plus de 83 oeuvres réalisées par 61 artistes de partout dans le monde étaient exposées.

L'oeuvre intitulée Entre deux cultures est d'une dimension de 36 pouces par 36 pouces (91,5cm) et montre le visage d'une femme portant le hijab sur lequel l'artiste a superposé des carrés de couleur et des lignes colorées dans un mixte d'huile et d'acrylique.

«J'étais très contente d'apprendre la nouvelle qui m'est arrivée par lettre recommandée, car j'ai modifié cette peinture une fois qu'elle était terminée. Je la regardais et je ne l'aimais pas. J'ai décidé de superposer des couleurs et ç'a donné un autre sens à la photo», raconte l'artiste que Le Progrès-Dimanche a rencontré dans sa résidence de Jonquière.

«Il n'y a pas de bourse liée à ce prix, mais on m'offre l'opportunité d'aller en Roumanie, l'an prochain, pour participer à une exposition», confie Ruth Brassard qui partage son emploi du temps entre la création et des cours de peinture qu'elle offre à son atelier à plus de 70 élèves.

Ruth Brassard est membre depuis trois ans du Cercle des artistes peintres du Québec. «Cet organisme est un excellent diffuseur, et pour nous, c'est important de nous faire connaître. Mireille Forget, présidente du Cercle, m'a dit en voyant le portrait que j'avais réalisé: ''je vais présenter ta toile à la galerie la Pigna et je suis certaine qu'on va gagner avec cette oeuvre-là''», rapporte celle qui compte 35 ans de carrière.

Plusieurs de ses oeuvres sont exposées dans différents pays et l'inspiration lui vient de ce qui l'entoure et passe rapidement à autre chose. «Peindre, c'est comme une nourriture, c'est une passion», assure Ruth Brassard qui s'est lancée dans les paysages après le décès de son mari, l'an passé.

«Ce fut une période difficile, ça ne me disait plus de peindre, mais c'est grâce à mes pinceaux que j'ai retrouvé mes forces», confie celle qui a gagné une médaille d'or l'an passé à Bruxelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer