Une quinzaine de sculptures à La Corniche

L'exposition saguenéenne de Kevin Titzer

Cette création témoigne de l'originalité de Kevin Titzer,... ((Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque))

Agrandir

Cette création témoigne de l'originalité de Kevin Titzer, en même temps que de son souci du détail.

(Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) «Cette exposition est un peu plus personnelle que les autres», laisse échapper Kevin Titzer au fil de la conversation. Après quatre ans au Saguenay, le sculpteur originaire de l'Indiana affirme que son art a été imprégné par cette expérience, ce dont témoignent les oeuvres présentées jusqu'au 22 février, à la galerie La Corniche de Chicoutimi.

Toutes ont été conçues dans le sous-sol de sa résidence, à Arvida. La plupart consistent en des personnages de bois semblables à ceux qui ont fait sa renommée à l'échelle internationale. Ils sont charmants en dépit de leur air mélancolique et des drôles de choses qui sortent de leur corps.

L'un d'eux est retenu par des fils, à la manière d'une marionnette. Son voisin, lui, arbore une bosse aux dimensions impressionnantes. Sortant de sa tête, elle donne à voir une collection de boutons - des pustules? - dont l'image est relayée par de petits miroirs placés à l'intérieur d'un boîtier en bois recyclé.

«Ici, presque tout provient du Saguenay», lance Kevin Titzer en montrant les vieilles planches à qui il a conféré une deuxième vie. De manière plus diffuse, c'est sa vie à lui qui a servi de matériau pour l'exposition. Le fait, par exemple, qu'il ne puisse s'exprimer en français malgré toute sa bonne volonté.

«Déjà, le fait d'être un artiste, de travailler dans mon atelier, a pour conséquence de me placer à l'intérieur d'une bulle. Ça crée un sentiment d'insularité qui est exacerbé par la barrière que constitue la langue, explique le sculpteur. C'est comme une bulle dans la bulle.»

La présence de deux personnages évoquant les poupées que manipulent les ventriloques découle de cette réalité, du moins en partie. Idem pour les boîtiers où la plupart de ses oeuvres ont été insérées, ce qui constitue une nouveauté en ce qui le concerne. «Il y a beaucoup de métaphores dans cette exposition», admet Kevin Titzer en esquissant un sourire.

Une amorce de théâtralité

C'est la première exposition que l'artiste présente à l'extérieur des États-Unis et l'une de ses caractéristiques se rapporte à l'espace où les oeuvres ont été regroupées. Au lieu d'occuper le rez-de-chaussée, plus grand et visible de la rue, il a opté pour la salle du premier étage en raison de sa configuration.

Le cadre intime lui a permis d'ajouter un élément de théâtralité à l'exposition, grâce à des lampes miniatures éclairant l'intérieur des boîtiers. «J'avais cette pièce en tête quand j'ai produit les sculptures. Je voulais un lieu plus sombre, plus fermé, afin de créer un monde différent. C'est une chose que je n'ai pas pu faire avant», relate Kevin Titzer.

Une autre première se rapporte à la présence de six têtes miniatures, placées sur des bocaux transparents. Ces oeuvres plus petites que ses sculptures de bois sont faites d'une manière plastique ressemblant à de l'argile. En-dessous, elles sont prolongées par des racines plongeant dans un filet d'eau recréé à l'aide d'un matériau synthétique.

L'année dernière, lors d'une entrevue avec l'auteur de ces lignes, Kevin Titzer en parlait comme de ses têtes de patates, ou quelque chose d'approchant. L'artiste ne les désigne plus ainsi, mais reconnaît que l'idée remonte à l'époque lointaine où il plaçait des pommes de terre dans un verre pour les voir produire des racines.

Ceux qui cherchent une explication plus poussée, une grille d'analyse aussi claire que les images livrées par une télé HD, devront toutefois se résigner. Le Saguenéen d'adoption n'aime pas figer ses oeuvres, en effet. «Si je leur donne un sens, ce sera ça pour toujours. Je préfère que les gens amènent leur propre interprétation», énonce Kevin Titzer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer