Le Quatuor Alcan étrennera une oeuvre d'Andrew Macdonald

Une première mondiale à Chicoutimi

Le Quatuor Alcan lancera le deuxième volet de... ((Courtoisie))

Agrandir

Le Quatuor Alcan lancera le deuxième volet de son intégrale Beethoven, mardi. Ce concert tenu à 19h 30, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, donnera lieu à la création d'une oeuvre composée par Andrew Macdonald.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

La création d'une oeuvre, en public de surcroît, constitue toujours un moment privilégié. C'est pourquoi le concert présenté par le Quatuor Alcan mardi à 19h30, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, marquera la petite histoire de la formation basée à Chicoutimi.

Pour célébrer ses 25 ans, elle a commandé une pièce intitulée A Perfect Day. Le compositeur est Andrew Macdonald, enseignant à l'université Bishop de Lennoxville, et sa présence dans la salle ajoutera une touche un peu plus officielle à l'affaire.

«On a déjà fait des oeuvres de lui et on aime son écriture tonale, sa recherche de couleurs et d'émotions. Sa nouvelle création dure et de 10 à 13 minutes et on est en train de la déchiffrer. Andrew l'écoutera pour la première fois lorsqu'il assistera aux répétitions», fait observer le violoncelliste David Ellis, du Quatuor Alcan.

Le thème du programme de mardi, les enfants prodiges, colorera les deux autres interprétations proposées au cours de la soirée. Le public entendra en effet des quatuors de Mendelssohn et Mozart, dont la précocité est légendaire. Pour mieux les apprécier, il est recommandé d'assister à la causerie tenue à 19h, un moment à la fois convivial et enrichissant.

Les quatuors de Beethoven

Même s'ils ne figurent pas au menu, les quatuors de Beethoven effectueront une apparition par disque interposé. Le Quatuor Alcan profitera de l'occasion pour lancer le deuxième volet de son intégrale, en effet, trois CD mis en marché par ATMA Classique.

«Dans ses oeuvres de jeunesse, on sent que le compositeur était influencé par Haydn, qui était encore vivant, ainsi que par Mozart, décédé peu de temps auparavant. Il cherchait sa voie, alors que dans les quatuors qui ont suivi, Beethoven s'est montré plus audacieux», énonce David Ellis.

La durée des quatuors reflète cette mutation. Au lieu de respecter le format traditionnel de 25 à 30 minutes, l'Allemand a pondu un quatuor de 20 minutes et d'autres qui en font le double. «Il réalise des expériences et c'est de plus en plus fascinant», résume le violoncelliste.

Il affirme que le défi fut à la hauteur des compositions, que lui et ses camarades ont dû rendre des couleurs, des nuances, qui n'étaient pas présentes dans les premiers quatuors. «Dans ma jeunesse, jamais je n'aurais pu rendre compte de tout ça», admet David Ellis.

C'est à Ottawa, jeudi, que le Quatuor Alcan procédera au lancement officiel de l'album. Il restera ensuite à sortir le troisième et dernier album, ce qui sera fait au printemps, à Québec. Les enregistrements sont complétés et il y a quelques jours, les musiciens réécoutaient leurs versions afin de procéder au montage.

«On doit déterminer si on est tous d'accord et parfois, on peut demander de petits changements, sélectionner une prise au lieu de l'autre. Par contre, on ne peut plus rejouer les oeuvres», explique David Ellis, pour qui cette intégrale constitue un privilège, l'occasion de montrer le degré de maturité atteint par la formation basée au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer