Regard sur le court métrage au Saguenay

Guylaine Tremblay avec le jury

Guylaine Tremblay participera au festival Regard sur le... ((Photo André Pichette))

Agrandir

Guylaine Tremblay participera au festival Regard sur le court métrage au Saguenay en tant que membre du jury professionnel.

(Photo André Pichette)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le festival Regard sur le court métrage au Saguenay accueillera la comédienne Guylaine Tremblay dans le cadre de sa 19e édition, tenue du 11 au 15 mars. Elle fera partie du jury professionnel aux côtés des cinéastes André Forcier et Gabriel Gauchet, de la critique Helen Faradji, du Brésilien Ailton Franco Jr et du producteur Sylvain Corbeil.

Celle dont le talent s'est d'abord exprimé au théâtre, grâce à des pièces comme Le dialogue des Carmélites et Fleurs d'acier, est devenue l'une des interprètes les plus populaires par l'entremise de séries télévisées telles La p'tite vie, Annie et ses hommes, ainsi qu'Unité 9.

Elle sera appelée à visionner les films associés au volet compétitif, auquel sont rattachées des bourses totalisant 40 000$. Guylaine Tremblay, André Forcier et Helen Faradji centreront leur attention sur les courts métrages de la section internationale, tandis que les trois autres juges se pencheront sur la section nationale.

Dans un communiqué émis hier, la direction du festival affirme que la 19e édition sera «plus ambitieuse que jamais», ce dont témoignent les grosses pointures qui feront partie du jury. Responsable de la programmation, Mélissa Bouchard se réjouit de l'équilibre atteint cette année, alors que plusieurs métiers liés au septième art seront représentés.

On remarque également que certains juges sont familiers avec le festival, notamment Gabriel Gauchet. Le cinéaste français, qui oeuvre maintenant à Londres, a été couronné dans une édition précédente de Regard sur le court métrage au Saguenay avec le film The Mass Of Men.

De son côté, André Forcier avait présenté l'une de ses créations, Les chroniques labradoriennes, en février 2006 (on l'appelait alors Marc-André Forcier). Il revendique la paternité de plusieurs classiques du cinéma québécois, dont L'eau chaude, l'eau frette, Au clair de la lune et Une histoire inventée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer