Mario Pelchat à la salle Michel-Côté

Un retour attendu et apprécié

Générosité. C'est le mot qui nous revient le... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Générosité. C'est le mot qui nous revient le plus souvent à l'esprit alors qu'on voit Mario Pelchat s'exercer sur scène. Et comme quoi rien ne se perd et rien ne se crée, Pelchat reçoit en retour de l'amour à profusion.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joël Martel
Le Quotidien

Générosité. C'est le mot qui nous revient le plus souvent à l'esprit alors qu'on voit Mario Pelchat s'exercer sur scène. Et comme quoi rien ne se perd et rien ne se crée, Pelchat reçoit en retour de l'amour à profusion.

Il ne restait que quelques sièges disponibles, hier soir, à la salle Michel-Côté d'Alma. De plus, il faut croire que les nombreux spectateurs présents attendaient avec fébrilité le tour de chant de cet artiste originaire de la région. En effet, tout au long de sa prestation, les salves d'applaudissements à son égard se sont multipliées.

Ce qui frappe tout d'abord dans ce nouveau spectacle de Pelchat, c'est l'impressionnante équipe de musiciens qui l'entoure. Au programme, des guitaristes, un bassiste, un percussionniste, un pianiste, une choriste ainsi qu'une multi-instrumentiste qui troque parfois la six cordes pour du violon. À toute cette équipe s'ajoute une scénographie qui met extrêmement bien en lumière cet orchestre. Ainsi, les musiciens sont surélevés sur des plateformes et au centre de celles-ci, on y retrouve une passerelle. Le tout donne au spectacle un cachet digne des émissions de variétés françaises.

Ce n'est peut-être pas là un hasard, car au début du deuxième programme, Pelchat a titillé son auditoire à propos de son prochain album qui devrait être un hommage à la légende de la chanson française Gilbert Bécaud. Sinon, une autre légende a droit elle aussi à un hommage bien senti et il s'agit d'Elvis Presley, dont la fameuse American Trilogy tirée d'Aloha from Hawaï est reprise avec brio.

Alternant donc avec un plaisir évident les reprises et les chansons originales, Pelchat se permet aussi quelques interventions où rires et sagesse savent se côtoyer. Parmi les sujets abordés par le chanteur, celui-ci parlera avec autodérision de son passage à la cinquantaine. Il saura aussi jouer avec les cordes sensibles du public, notamment en parlant de son amour pour ses parents.

Découvertes

Alors que Pelchat pourrait très bien garder toute la lumière sur lui, le chanteur sait faire preuve de générosité en accordant une place de choix à ceux et celles qui l'entourent. De ce fait, il laisse donc interpréter Et j'ai le mal de toi d'Alain Morisod par son pianiste et sa choriste. De plus, il permet aussi au jeune duo 2frères d'officier en tant que première partie, tout en prenant bien soin d'introduire ses jeunes poulains auprès du public. Gageons d'ailleurs que plusieurs spectateurs sont littéralement tombés sous leur charme.

Enfin, il faut absolument souligner que lors de la première moitié du spectacle de Pelchat seulement, le chanteur a eu droit à non pas une, mais bien deux ovations debout. Au moment de quitter avant l'heure de tombée, Pelchat terminait son bloc en mémoire de Bécaud en interprétant Je reviens te chercher et la soirée était encore bien loin de se terminer, à en juger l'enthousiasme du public. Quant à ceux et celles qui désireraient profiter d'une dernière chance de voir Pelchat en spectacle, celui-ci sera sur les planches du Théâtre Banque National ce soir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer