Vernissage de sa première exposition, ce soir

Une grande première pour Laurie Girard

Laurie Girard vivra un moment important aujourd'hui, alors... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Laurie Girard vivra un moment important aujourd'hui, alors qu'on procédera au vernissage de sa première exposition en solo.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

Laurie Girard traversera le mur invisible qui sépare la vie d'étudiante de la vie d'artiste professionnelle, aujourd'hui. Elle procédera au vernissage de sa première exposition en solo aux alentours de 20h30, au centre d'artistes Le Lobe de Chicoutimi. On lui a confié le mandat d'occuper l'Espace Plate-forme jusqu'à la fin de février, ce que la jeune femme a fait par l'entremise de La Traversée.

« C'est très stimulant, encourageant aussi. On m'a donné la chance de réaliser un projet jouissant d'une belle visibilité », a-t-elle indiqué hier après-midi, lors d'une entrevue accordée au Quotidien. Elle venait de mettre la dernière main au dessin qui couvre les quatre fenêtres alignées au-dessus de la porte d'entrée des Ateliers ToutTout. Après trois mois, le moment était venu de fermer les livres.

Ce qu'on voit, c'est une création qui se veut abstraite, tout en laissant filtrer des bouts de réalité. Il y a de larges traits, par exemple, qui font penser à des rues. On dirait une carte ou une photographie aérienne, une impression renforcée par la trame grise ajoutée plus tôt dans la journée à l'aide d'un crayon. Il manque juste des lignes jaunes pour faire de ladite trame une voie de circulation.

L'artiste laisse entendre que c'est l'expression d'une semi-volonté, que son subconscient a peut-être fait du temps supplémentaire lors de la production des croquis. Elle qui se demandait comment occuper l'espace qu'on lui avait confié ne souhaitait pas montrer quelque chose de réaliste, mais peut-être que son goût pour les cartes géographiques a guidé sa main.

« Je voulais que le dessin sorte du cadre », précise Laurie Girard. C'est ce qui explique la présence de lignes tracées sur les murs verts qui encadrent sa fresque, ainsi que les portions du dessin qui ne sont pas apparentes, faute d'espace. Il en manque des bouts, comme sur une photographie qui aurait été prise de trop près.

Un autre effet que recherchait l'artiste tient à la perception qu'on a de l'oeuvre, selon qu'on se trouve dehors ou à l'intérieur des Ateliers ToutTout. C'est pour cette raison que les sections grises tracées au crayon ne sont pas visibles du trottoir. Il faut franchir la porte pour les apercevoir.

On comprend donc que Laurie Girard avait le sourire facile, à la veille du vernissage. Reconnaissante envers Le Lobe, les Ateliers ToutTout et l'UQAC, qui étaient associés dans le cadre de cette initiative, la Chicoutimienne, qui vient de compléter un baccalauréat interdisciplinaire en arts, n'a pas le temps de chômer depuis sa sortie de l'université.

En plus d'une résidence au Centre Sagamie d'Alma, en effet, elle compte parmi les huit artistes émergents associés au projet Immersion en Zone Occupée, qui donnera lieu à une exposition collective au cours de l'été. « Je suis vraiment surprise de voir autant de choses arriver. Ça va bien et je me sens confiante », résume Laurie Girard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer