Les Fleurs du Tapis

De retour en terre d'adoption

Le groupe Les Fleurs du Tapis est composé... ((Courtoisie))

Agrandir

Le groupe Les Fleurs du Tapis est composé de Nicolas Longpré (basse), Yoanis Menge (guitare), Sonia Painchaud (accordéon), Esther Noël de Tilly (clarinette), Mathieu Vigneau (banjo et tuba) et Jason Kyle (percussions).

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Joël Martel
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le groupe s'appelle peut-être Les Fleurs du Tapis, mais leurs chansons prennent toujours leur envol avec grâce et humour. Fort d'un premier album intitulé Du goudron et des plumes, la formation a sans aucun doute un brillant avenir devant elle.

Joint lors d'une entrevue téléphonique au lendemain du lancement en sol saguenéen de cette première galette, l'un des deux fondateurs du groupe, Nicolas Longpré, était visiblement satisfait de la réaction du public. Bien qu'il ait quitté la région, et ce, après y avoir passé cinq années bien occupées, le musicien ne cache pas qu'il gardera pour longtemps un attachement significatif pour cette ancienne terre d'accueil.

«C'est pas mal de la faute de mon ami Yoanis Menge si j'ai fini par quitter la région, d'expliquer Longpré. Je fais de la musique avec lui depuis très longtemps et comme cet été-là, j'étais sur le chômage, j'ai décidé d'aller le rejoindre aux Îles-de-la-Madeleine. Finalement, la place a dû me plaire parce que j'ai décidé d'y rester. J'imagine que cette année-là a été celle où le bilan migratoire des Îles-de-la-Madeleine a été positif.»

Projet musical plutôt ambitieux, Les Fleurs du Tapis réunit six musiciens. La formation pourrait se contenter de jouer en version réduite lors de ses périples, mais le groupe préfère attendre de parfaits alignements des planètes afin de tous vivre ensemble l'aventure de la route et de la scène. «Il y a moi à la basse, Yoanis à la guitare, Sonia Painchaud à l'accordéon, Esther Noël de Tilly à la clarinette, Mathieu Vigneau qui est au banjo et parfois au tuba, et enfin, Jason Kyle qui est aux percussions, sauf que là, il est allé faire un tour dans son coin de pays.»

Aux dires de Longpré, il y a un certain esprit de communauté au sein des Fleurs du Tapis. En effet, bien que le projet ait été initié par lui et Yoanis, les membres qui se sont greffés à la formation ont maintenant tous leur mot à dire dans l'élaboration de nouvelles chansons. Ici, oubliez les guerres d'ego, car les musiciens qui composent Les Fleurs du Tapis ont tous le même objectif en tête: faire des chansons qui donnent le goût d'y participer.

«Le but, c'est d'écrire des paroles et des mélodies qui sont simples. Comme ça, même les gens qui ne nous connaissent pas, en général, ils peuvent chanter avec nous avant la fin de la toune. On ne fait vraiment pas ça pour se casser le bicycle. Mais malgré tout, on ne fait pas juste des tounes de party. De toute façon, même dans les trucs qui sont super simples, il y a toujours une part de double sens.»

Maintenant que le groupe a un disque très solide dans la poche, 2015 pourrait-elle être l'année de la consécration? «Comme on a tous des jobs qui nous tiennent très occupés, on préfère attendre un moment idéal pour se promener dans les villes. Et puis, comme Yoanis fait actuellement un important projet photographique sur les phoques, ça fait un peu drôle à dire, mais pour l'instant, on dépend énormément de la chasse aux phoques.»

L'album Du goudron et des plumes, qui est d'ailleurs doté d'une magnifique pochette signée par l'illustratrice Laurence Lemieux, est disponible en format numérique à l'adresse suivante: lesfleursdutapis.bandcamp.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer