• Le Quotidien > 
  • Arts 
  • > La chapelle du poste de traite exposée à La Pulperie 

Création de Russel-A. Bouchard

La chapelle du poste de traite exposée à La Pulperie

Russel-Aurore Bouchard examine la chapelle du poste de... ((Archives))

Agrandir

Russel-Aurore Bouchard examine la chapelle du poste de traite de Chicoutimi, un modèle réduit qui sera bientôt visible à la Pulperie de Chicoutimi.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le voeu de Russel-Aurore Bouchard sera exaucé. L'historienne souhaitait que sa plus récente création, une reproduction rigoureusement fidèle de la chapelle du poste de traite de Chicoutimi, soit additionnée à l'exposition Modélisme, histoire et écriture: les passions de Russel-A. Bouchard. Ce sera chose faite prochainement, annonce-t-on à La Pulperie de Chicoutimi.

«Nous allons l'installer dans une vitrine, à l'entrée de la salle», confirme le directeur adjoint du musée, Rémi Lavoie. Les gens qui se pointeront d'ici au 29 mars, moment où prendra fin l'exposition, auront la chance d'admirer un modèle réduit du bâtiment érigé en 1726, sur un terrain voisin des rivières Chicoutimi et Saguenay.

Le profil élégant de la chapelle a longtemps constitué un point d'ancrage pour les populations qui fréquentaient le site. Quelques dessins en perpétuent le souvenir depuis que le lieu de culte a été démoli en 1856, dont un réalisé par Lady Head, une année plus tôt. Le travail accompli par l'historienne a mis la barre encore plus haut en offrant une vision en trois dimensions.

Elle a fait revivre la chapelle à l'échelle 1/36. À l'intérieur comme à l'extérieur, un examen soigné de l'ouvrage permet d'apprécier son souci du détail et d'admirer la beauté de ses composantes. On peut même retirer la toiture pour jeter un oeil sur le plafond, dont la forme parfaitement symétrique évoque le fond d'une chaloupe.

L'intérêt du modèle réduit réside également dans la démarche historique qui a balisé sa création. Quand elle était en manque de réponses, Russel-Aurore Bouchard élargissait sa perspective. C'est ainsi qu'elle s'est inspirée de la chapelle de Tadoussac, contemporaine de celle de Chicoutimi, afin de cerner certaines caractéristiques architecturales.

«J'ai fait comme ceux qui reconstituent un visage à partir du crâne. C'est du modélisme d'enquête», avait décrit l'historienne au cours d'une entrevue accordée au Progrès-Dimanche. Elle qui avait pris pour sujets les moyens de transport, ainsi que le matériel de guerre, ne s'était jamais attelée à un projet de cette nature. Le poste de traite est la première construction fabriquée de ses mains.

Son travail est si minutieux, si rigoureux, que maints experts ont exprimé leur admiration après avoir examiné la quarantaine d'objets rassemblés à La Pulperie. Pas étonnant, dès lors, qu'on songe à prolonger la vie de l'exposition au-delà du 29 mars. «Nous avons un projet d'itinérance. Des propositions seront soumises à d'autres musées parce qu'il existe un potentiel intéressant», énonce Rémi Lavoie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer