Natalie Choquette à la cathédrale de Chicoutimi

Un rendez-vous divin

C'est devant une Cathédrale remplie à craquer que... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

C'est devant une Cathédrale remplie à craquer que le baryton Étienne Dupuis, la soprano Natalie Choquette ainsi que la jeune soprano Éléonore Lagacé ont fait honneur à l'art lyrique.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Joël Martel
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Il y avait un petit quelque chose de divin lors du concert-bénéfice au profit de la Fabrique Saint-François-Xavier. Réunissant trois voix prestigieuses, le spectacle a su ravir autant les amateurs de chant classique que ceux et celles qui désiraient s'imprégner de l'esprit de Noël.

Orchestré par le président du Conseil de Fabrique, Marc-André Bédard, le concert qui a eu lieu hier soir à la cathédrale de Chicoutimi a attiré près de 1200 spectateurs. C'est donc devant une cathédrale remplie à craquer que la soprano de renommée internationale Natalie Choquette, le baryton Étienne Dupuis et la jeune soprano Éléonore Lagacé ont fait honneur à l'art lyrique.

Dès les toutes premières notes du spectacle, il n'y avait pas à douter que la soirée serait teintée d'une ambiance féérique. En effet, l'orchestre dirigé par le pianiste Jean-François Lambert a donné le coup d'envoi en interprétant la pièce instrumentale Carol of the Bells. Le trio de voix est ensuite apparu sur scène afin de donner vie à Barcarolle de Jacques Offenbach.

Compte tenu des têtes d'affiche de haut calibre, on aurait pu s'attendre à une soirée au déroulement plutôt protocolaire. Or, Natalie Choquette et Étienne Dupuis ont eu un plaisir évident à ajouter à quelques moments une petite touche d'humour à leurs interprétations. Ainsi, alors qu'il mettait en contexte un extrait de La flûte enchantée, Dupuis a soutiré quelques rires auprès du public: " Dans la prochaine pièce, Natalie interprétera un personnage qui tente de convaincre sa fille de tuer son père. Même si ce n'est pas moi qui jouerai le père, je préfère ne pas prendre de chance et quitter la scène le temps de cette chanson.»

Dans le même ordre d'idées, Natalie Choquette s'est amusée à détourner le célèbre Blues du businessman de Starmania en l'adaptant à la sauce diva. Disons-le, ce fut là un moment fort savoureux.

Côté mise en scène, il faut croire que tout a été pensé afin d'occuper pleinement l'espace de la cathédrale. De fabuleux jeux d'éclairage donnaient une touche magique à l'autel et quand les interprètes n'interagissaient pas avec les spectateurs, l'un d'eux surgissait soudainement à un balcon.

La fatidique heure de tombée étant ce qu'elle est, l'auteur de ces lignes aura dû quitter avant l'arrivée du Choeur Euphonie. La deuxième partie du concert, composée principalement d'airs associés à l'esprit de Noël, allait bientôt battre son plein.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer