Robert Sart dans les pages du «Progrès-Dimanche»

Un retour 44 ans plus tard

Robert Sart... ((Courtoisie))

Agrandir

Robert Sart

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Robert Sart fait un retour dans les pages du Progrès-Dimanche 44 ans après un élogieux reportage sur ses talents de pianistes, le 21 juin 1970, alors qu'il était âgé de 12 ans. Le texte mettait en lumière ce jeune talent qui joue du piano d'une façon prodigieuse sans jamais l'avoir appris. C'est pour lui un don naturel, explique la journaliste Andrée Barrette (Andrée Rainville), à l'époque, au sujet du jeune Robert Bourgeois.

L'artiste nous revient après toutes ces années avec le double lancement d'un CD et d'un DVD de cinq chansons originales. «J'ai fait un disque et un DVD, car je ne voulais pas seulement que les gens écoutent mes chansons. Je voulais aussi qu'ils voient aussi ce que je fais, la façon dont je joue, l'expression dans mon visage, l'intensité, etc.», exprime l'auteur-compositeur-interprète natif de Kénogami qui a roulé sa bosse en province pendant des années avant de revenir s'installer à Chicoutimi il y a six ans.

«Je ne voulais plus faire des reprises de chansons dans les bars, alors je me suis mis à l'écriture de chansons. J'ai toujours été passionné par la musique et depuis cinq ans, je travaille sur ce projet d'album. J'ai maintenant une vingtaine de compositions originales, ce qui fait assez de matériel pour un spectacle qu'on prévoit présenter ce printemps. Je suis en train de monter un spectacle piano et voix avec deux choristes dans le but de le présenter dans différentes salles», fait part celui qui se présente comme Robert Sart, aujourd'hui.

S'il ne joue plus dans les bars, Robert Sart s'entoure souvent d'amis chanteurs et organise des rencontres musicales à la maison. «Je joue n'importe quoi au piano et dans n'importe quel registre. Je joue à l'oreille, je n'ai jamais suivi de cours et j'ai toujours gardé le plaisir de jouer avec d'autres», dit-il.

«Je vise Internet pour faire connaître mes créations, car je n'ai pas de maison de disque et c'est plus difficile de jouer à la radio et à la télé. Nous sommes en pleine promotion de lancement sur les médias sociaux», dit-il en terminant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer