Comédienne dans la série Hunger Games

Le rêve éveillé de Willow Shields

La jeune actrice Willow Shields était présente à... ((PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE))

Agrandir

La jeune actrice Willow Shields était présente à Montréal pour cette première.

(PHOTO HUGO-SEBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Une voix juvénile au bout du fil, celle de Willow Shields. Du haut de ses 14 ans, l'adolescente originaire du Texas raconte l'expérience extraordinaire que fut pour elle la série Hunger Games. Au moment où le troisième épisode atterrit sur nos écrans, la comédienne doit se pincer pour vérifier si tout ceci est bel et bien arrivé.

Pensez au fait que depuis deux ans, elle assume le rôle de Primrose Everdeen, la soeur du personnage principal, Katniss, incarné par Jennifer Lawrence. Dans la nouvelle mouture, intitulée La révolte, le duo demeure tricoté serré. L'aînée est toutefois mobilisée par les dirigeants de sa communauté, le District 13, dans une lutte à finir contre un régime totalitaire disposant de moyens supérieurs.

L'héroïne carbure à l'instinct, alors que sa cadette est plus posée. À un moment où les inquiétudes sont vives, où l'avenir du groupe semble compromis, c'est elle qui apaise Katniss, tout en faisant état de son désir de devenir infirmière. «J'aime l'idée de Primrose a beaucoup grandi. Elle est plus indépendante», a signalé Willow Shields mercredi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

La relation entre les deux personnages a ceci de particulier qu'elle se situe à l'inverse de ce qui se passe dans la vraie vie. «Jennifer est un mentor pour moi, l'équivalent d'une «big sister». Dans le film, en revanche, le support vient de Primrose», fait observer la comédienne.

Mort d'un collègue

Une autre expérience mémorable pour Willow Shields fut sa rencontre avec le grand Philip Seymour Hoffman, mort à la fin du tournage de La révolte. On les voit dans une seule scène au cours de la première partie du long métrage (la seconde sortira dans quelques mois). Cependant, les deux acteurs ont eu l'occasion de fraterniser en maintes occasions.

«C'était l'un des meilleurs de la profession et une personne tellement gentille. Nous avons souvent parlé ensemble et toute l'équipe a été attristée par sa disparition. Nous avons traversé une période difficile, à un point tel que le travail a été décalé sur le plateau», raconte l'adolescente.

Toujours à propos du tournage, elle signale en riant que sa tâche fut relativement facile, du moins au plan physique. Alors que plusieurs scènes d'action émaillent le nouvel épisode des Hunger Games, son rôle l'a mise à l'abri des prouesses à la Bruce Willis. «Je n'ai eu aucune cascade à apprendre», confirme Willow Shields.

Sous les bombes

En revanche, Primrose Everdeen fait l'expérience des bombardements dans La révolte, alors que la population du District 13 se réfugie dans des abris pour échapper à la vindicte de l'aviation ennemie. Cette scène très réaliste donne une idée de ce que ressentent ceux qui, de l'Ukraine à la Syrie, sont soumis à une telle épreuve.

Lorsqu'on lui demande comment elle s'est préparée, la comédienne répond que ce ne fut pas difficile. «Je me suis lancée là-dedans en me laissant porter par la réalité véhiculée par le film. Il faut dire que les décors étaient très soignés. Il y a des choses qui nous tombaient dessus», mentionne-t-elle.

On la reverra dans le prochain long métrage, mais déjà, l'heure des bilans a sonné. Ce que retient Willow Shields de son expérience, au-delà de sa notoriété accrue, c'est le plaisir que lui a procuré cette aventure. «Il régnait une atmosphère collégiale sur le plateau des Hunger Games. Nous avons eu beaucoup de plaisir et moi-même, j'ai ressenti un haut degré d'enthousiasme», résume l'adolescente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer