The Seasons

Premier spectacle dans la région

Le groupe The Seasons présentera un premier spectacle... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Le groupe The Seasons présentera un premier spectacle dans la région, samedi. Il est porté par le succès du premier album de la formation de Québec, Apples, sorti au printemps dernier.

Photo: Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Des histoires de frères qui se chicanent au sein d'un groupe, c'est banal. Des Kinks à Oasis, en passant par les Black Crowes, on ne compte plus les fois où des musiciens du même sang ont voulu se prendre à la gorge. Ce qui est plus rare, c'est de voir un duo fonctionner dans l'harmonie comme c'est le cas avec Julien et Hubert Chiasson, membres de la formation québécoise The Seasons.

Ils font équipe avec Rémy Bélanger et Samuel Renaud (batterie et basse) depuis un peu plus de deux ans. Leur premier album, Apples, est sorti au printemps et des extraits jouent fréquemment à la radio, tandis que leur nouveau spectacle sera présenté samedi à 20 h, à l'hôtel La Saguenéenne de Chicoutimi.

« On n'a aucun problème à travailler ensemble. Il n'y a pas de chicane », a assuré Hubert Chiasson mardi, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien. Élargissant le propos, Julien raconte que c'est la musique qui a amené les frères à s'associer à Rémy Bélanger et Samuel Renaud, mais que depuis ce temps, une amitié s'est développée.

« À la base, on était tous très motivés et les gars croyaient en notre talent de compositeurs, à moi et à Hubert. On a toujours aimé écrire de bonnes chansons et même si on est inspirés par ce qui s'est fait avant, il reste de la place pour l'innovation », fait observer le jeune homme.

Les vertus de la spontanéité

On a beaucoup évoqué la filiation des Seasons avec les années 1960 : la pop un peu décalée du Pink Floyd de l'ère Syd Barrett, celle des Beatles et des Zombies. C'est ce que laissent voir les pièces Rabbit Hole et Kitsch Trick, ce qui n'empêche pas le groupe d'explorer d'autres époques et d'autres genres musicaux.

« On donne un sens péjoratif à l'étiquette pop, mais elle nous permet d'intégrer des éléments rock et jazz dans nos compositions. Pour l'album, tout la palette était ouverte », explique Julien Chiasson. Cette approche a été payante, au vu du succès que connaît la formation. En plus de cartonner au Québec, elle se rendra en France au printemps, tandis que les États-Unis et le Brésil lui font les yeux doux.

Les événements se sont tellement précipités que ce n'est que tout récemment que le quatuor a pu plancher sur le spectacle intitulé Les nuits pulpeuses, celui qui sera proposé à La Saguenéenne. Tout l'album y passera, en plus de six ou sept titres créés dans les derniers mois, ainsi qu'une reprise de Dylan.

« Depuis la sortie du disque, nous n'avions pas eu le temps de réfléchir à ce que nous voulions faire sur scène. Le contexte est différent de celui des festivals de l'été dernier, alors que nous étions toujours à la course. Le nouveau spectacle est à notre image et vous serez parmi les premiers à le voir », annonce Julien Chiasson.

Certains auraient été tentés de minimiser les risques en écrivant les textes de présentation et en concoctant des arrangements serrés, mais ce n'est pas le genre des Seasons. « Aussitôt qu'on prépare des choses, ça marche moins », constate Julien. « On va rester libres de partir sur un délire. On veut que chaque spectacle soit unique », complète son frère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer