finaliste aux Prix du gouverneur général

Ferland portée par « La Corriveau »

Une historienne originaire de Dolbeau, Catherine Ferland, compte parmi les... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Une historienne originaire de Dolbeau, Catherine Ferland, compte parmi les finalistes des Prix du gouverneur général du Canada dans la catégorie essai. Elle saura demain, au cours d'une cérémonie tenue à Rideau Hall, si le livre écrit avec son conjoint Dave Corriveau, La Corriveau, de l'histoire à la légende, a été primé par les juges.

« Il s'agit d'une première pour moi et ça représente une surprise. Je savais que Septentrion, notre maison d'édition, soumettait des ouvrages au comité de sélection. Toutefois, je ne m'attendais pas à ce qu'on m'accorde un si grand honneur », a confié l'auteure récemment, lors d'une entrevue téléphonique accordée au Quotidien.

Sorti en mars, le livre a ceci de particulier qu'il a été créé dans l'urgence. Il n'a fallu que 18 mois pour réaliser le travail de recherche et de rédaction, ce qui est difficile à croire au vu de la somme d'informations véhiculées dans les 375 pages que renferme ce document. Pourquoi cette hâte? Entre autres, à cause d'une cage trouvée dans un musée de Salem, aux États-Unis.

Le résultat des analyses scientifiques sera dévoilé en décembre, mais tout laisse croire que ce corset de métal est celui qu'on a enfilé sur la dépouille de Marie- Josephte Corriveau, peu après sa pendaison justifiée par le meurtre de son mari, un événement survenu en 1763. L'armée britannique avait laissé le cadavre accroché pendant cinq semaines, dans le secteur de Pointe-Lévy.

«Il y a eu un momentum engendré par cette découverte. Ça s'ajoute au fait que mon mari est un Corriveau et qu'en tant qu'historienne de la culture, j'étais bien placée pour creuser le sujet. Je trouvais aussi qu'il y avait une urgence d'ordre intellectuel parce qu'une ambiguïté subsistait par rapport aux événements de 1763. Il s'était écrit pas mal de niaiseries», rapporte Catherine Ferland.

Exposée pour l'exemple

Dans la première moitié du livre, les auteurs font le point sur le dossier de la Corriveau en s'appuyant strictement sur les faits, ce dont témoignent quelques documents inédits. C'est l'occasion, pour les profanes, de découvrir que c'est le père de la jeune veuve, prise dans un deuxième mariage avec un homme violent, qui fut initialement condamné pour meurtre.

Promis à la pendaison, cet excellent homme a produit une confession in extremis, dans laquelle il a fait porter l'entière responsabilité du meurtre sur les épaules de sa fille. Un procès arrangé à la sauvette a abouti à la condamnation de cette dernière, couplée à l'exonération complète de son géniteur.

« Elle a été jugée dans des conditions pas très claires et les Anglais l'ont exposée pour faire un exemple, à un moment où le Québec était soumis à un régime militaire. Les ancêtres ont été choqués par l'exposition du corps, un événement qui est survenu deux fois seulement sur ce territoire. Moi-même, j'ai vu la cage et ça donne le frisson. Il est clair qu'elle a été faite sur mesure », relate Catherine Ferland.

La seconde partie de l'ouvrage montre comment cette tragique histoire a alimenté la légende, comment la Corriveau est devenue une sorcière, puis une victime sous le prisme du mouvement féministe. «Comme Alexis le Trotteur, on en a fait une personne plus grande que nature. Ces vies nous parlent parce que ce sont des gens que nous pouvons nommer. Nous nous y attachons », énonce l'auteure.

C'est son premier livre écrit avec Dave Corriveau, mais pas le dernier, puisque le couple planche sur une biographie de l'intendant Jean Talon. «Le nom est familier, mais on ne connaît pas vraiment cet homme qui a travaillé si fort pour la Nouvelle- France », fait valoir Catherine Ferland.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer