Quand Facebook monte sur scène

Facebook fait son entrée au théâtre à travers la pièce Cinq visages pour... (Archives)

Agrandir

Archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

(JONQUIÈRE) Facebook fait son entrée au théâtre à travers la pièce Cinq visages pour Camille Brunelle qui entre en scène, aujourd'hui et demain, à Jonquière et Alma. Sur un texte de Guillaume Corbeil et dans une mise en scène de Claude Poissant, les cinq personnages, cinq jeunes adultes, jouent leur vie au rythme de leur page Facebook avec leurs amis virtuels et se dévoilent, se montrent, s'exposent et se surexposent.

«Quand l'auteur m'a proposé ce texte je me suis dit : mais quelle sorte d'énumération étrange, de name dropping de suite de propos il s'agit-là? Il s'agissait d'un scénario comme ceux qui défilent sur les réseaux sociaux. Ç'a été un coup de coeur immédiat. Je ne savais pas comment rendre ça sur scène, mais j'avais vraiment l'impression d'accompagner les années 2015 avec lucidité dans ce projet ", de confier le metteur en scène lors d'une entrevue téléphonique avec Le Quotidien.

La pièce met en vedette l'extrême des médias sociaux. " En vérité c'est une fable, les personnages dans leur exagération s'imposent finalement comme le miroir de notre égo. L'histoire c'est de savoir qui ira plus loin, qui poussera l'extrême de ces relations amicales et compétitives. Ils passent une heure à essayer de trouver comment ils peuvent mettre en scène leur vie de la manière la plus intéressante et la plus formidable possible ", décrit Claude Poissant, insistant qu'il s'agit d'un dur exercice pour les comédiens qui ont travaillé durant neuf mois pour posséder le texte rempli de pièges et pour alimenter le décor de photos.

Le metteur en scène a fait un pari risqué avec un décor qui se veut un écran d'ordinateur en accord avec les personnages qui portent des noms d'un à cinq. " Ce sont leurs photos qu'on voit en arrière-plan, alors si un comédien me fait faux bond, je suis un peu dans le trouble ", dit-il.

La pièce, qui a reçu le prix pour le texte original de l'année 2013 de l'Association québécoise des critiques de théâtre, met en vedette Julie Carrier-Prévost (Trois), Laurence Dauphinais (Deux), Francis Ducharme (Quatre), Mickaël Gouin (Cinq) et Ève Pressault (Un).

Il y a une représentation, ce soir à la salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, et demain à la salle Michel-Côté d'Alma.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer