Nicolas Noël, l'enchanteur en spectacle dimanche

La magie de la poussière d'étoiles

Nicolas Noël a fait une belle rencontre à... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Nicolas Noël a fait une belle rencontre à son arrivée au journal, hier. Le petit William lui a fait la bise sous l'oeil de ses parents Marilou et Martin.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) La magie de la poussière d'étoiles s'exerce de toutes sortes de manières. Elle permet à Nicolas Noël de faire voler son attelage de rennes, mais aussi d'envoûter les adultes qui croisent sa route, ainsi qu'on a pu le constater hier, lors de la visite du sympathique personnage au journal.

Une quinzaine d'employées ont défilé devant lui, qui pour prendre une photographie, qui pour filmer un message destiné à un tout petit comptant parmi leurs proches. Toutes avaient retrouvé leur âme d'enfant, émerveillées qu'elles étaient par les vêtements du grand barbu, sa prestance et sa belle grosse voix qui, même sur le ton de la confidence, pourrait emplir une cathédrale.

Avant de parler du spectacle qu'il donnera demain à 14h, au Théâtre Banque Nationale de Chicoutimi, Nicolas Noël a accordé une audience improvisée à une petite fille. À genoux devant elle, il l'a mise au défi de se hâter le matin quand il faut se rendre à l'école, parce que la gamine prend son temps. Elle a également répété une formule suggérée par son nouvel ami: «Je suis fière de moi».

En entrevue aussi, le personnage incarne l'esprit des Fêtes. Le voici qui raconte les mésaventures du lutin Grésille, qui l'accompagne sur la scène au cours de la présente tournée, étalée sur deux mois. «Il est un peu coquin et commet de petites erreurs, mais veut devenir meilleur. Alors, on lui pardonne», indique l'homme en rouge.

Revenant sur la poussière d'étoiles, il mentionne qu'en dépit de ses vertus, elle provoque de l'inconfort chez Rudolf. «C'est pour ça que son nez est rouge, pas parce qu'il aime prendre un petit coup. J'ai donc décidé de le placer à la tête de l'attelage pour éclairer le chemin. Ainsi, ce renne fait la différence grâce à sa différence», rapporte Nicolas Noël.

De retour dans la région avec un CD et un DVD intitulés La magie de la poussière d'étoiles, il donnera un spectacle d'une heure avant d'élire domicile dans le lobby du Théâtre Banque Nationale. Comme hier au journal, on peut anticiper une joyeuse assemblée. Peut-être même que des enfants ajouteront leur suce à celles qui ornent le bâton de pèlerin du personnage, officialisant ainsi leur affranchissement.

«À chaque fois, je leur dis: «Tu viens de faire grandir mon coeur»», confie Nicolas Noël, qui profite de l'approche des Fêtes pour transmettre des messages qui transcendent les dimensions religieuse et commerciale de Noël. Dire à ses parents qu'on les aime, par exemple, représente un plus beau compliment que si on les remercie pour les cadeaux reçus le 25 décembre.

Les brins de neige tombés hier rendaient ces pensées plus actuelles, mais il faisait encore chaud au goût de Nicolas Noël. «Ce n'est pas le Pôle Nord ici», a-t-il lancé à la fin de l'entrevue, au moment de s'éponger le front. Si puissante soit-elle, la poussière d'étoiles n'a pas le pouvoir de garder son homme au frais.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer