Trophée francophone 2014 du long métrage de fiction

Prestigieux prix pour «Le démantèlement»

Sur cette photo, Sébastien Pilote figure accompagné des... ((Archives))

Agrandir

Sur cette photo, Sébastien Pilote figure accompagné des comédiens Gilles Renaud et Gabriel Arcand lors du lancement du film Le démantellement.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

(Paris) Le cinéaste saguenéen Sébastien Pilote a reçu le Trophée francophone du long métrage de fiction de l'Association des Trophées francophones du cinéma, vendredi, pour son film Le démantèlement. Joint à Paris par Le Quotidien, le lauréat s'est dit heureux de cette reconnaissance, surtout en raison de l'aspect «francophonie» du prix.

Ce prestigieux prix lui a été remis lors d'une émission spéciale de TV5 Monde animée par Michel Drucker dans le studio parisien Gabriel en présence de personnalités et de représentants d'institutions officielles de la Francophonie. «Ce qui est fascinant, c'est que cette émission est vue par 225 millions de téléspectateurs, dans toute la francophonie, dont la majorité sont à l'extérieur de la France, c'est-à-dire dans plus de 100 pays. On ne s'en rend pas compte des fois, mais la francophonie, ce n'est pas seulement le Québec et la France, c'est aussi le Canada et l'Afrique. L'émission de TV5 Monde est regardée par 10 millions de personnes au Congo», relate le natif de Saint-Ambroise qui garde toujours ses deux pieds sur terre quand ses films remportent des prix.

«C'est bien, ça place le projecteur sur le film. J'ai dû interrompre une séance d'écriture - je mène deux, trois projets de front ces temps-ci - pour recevoir le prix. Je m'attendais plus à recevoir un prix pour le meilleur acteur avec Gabriel Arcand, car les films en compétition étaient de haut calibre avec Les garçons et Guillaume, à table! de Guillaume Gallienne, qui a gagné le César; Le passé d'Asghar Farhadi, qui a gagné l'Oscar du meilleur film étranger l'année dernière; et Le repenti de Merzak Allouache. On est vraiment contents», concède le cinéaste. C'est le film de Guillaume Gallienne qui a obtenu le prix du meilleur acteur.

«J'ai été un peu surpris de cette nomination, mais très content à cause de la diversité du prix, car la francophonie, ça concerne aussi le Sénégal, le Burkina Faso, le Maroc, le Cambodge, le Congo, la Belgique. Une semaine à Paris, ça change du train-train quotidien pour une semaine, mais après la vie continue», dit-il.

Le cinéaste a été reçu par Michel Drucker en compagnie des autres finalistes. Ils ont visité l'UNESCO et soupé au Fouquet. «Il connaît le Québec à fond, il m'a parlé de Céline Dion, de René Angélil, du village de Charlemagne», fait-il remarquer au sujet de l'animateur français.

Un film, ça permet de voyager. «Je ne peux pas le suivre partout, il faut que je travaille, mais souvent des organisations me demandent d'intervenir. C'est comme un service après-vente, je le fais, car si ça me permet d'en convertir quelques-uns au cinéma et de leur donner le goût d'approfondir leurs connaissances en dehors du cinéma industriel, ça, c'est important», de conclure le cinéaste.

L'émission de la remise des Trophées francophones du cinéma, réalisée lors d'une émission spéciale de TV5 Monde animée par Michel Drucker, sera diffusée ce soir sur TV5 à compter de 23h40.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer