«Je reviens sur Terre»

Deux lancements pour Dany Sauvageau

Dany Sauvageau est impatient de rencontrer son monde... ((Courtoisie))

Agrandir

Dany Sauvageau est impatient de rencontrer son monde lors du lancement régional à la salle Le Météore le 22 octobre.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Roger Blackburn
Le Quotidien

(Dolbeau-Mistassini) Dany Sauvageau lancera son dernier album Je reviens sur Terre mardi au Petit Medley à Montréal et mercredi à la salle Le Météore de Dolbeau-Mistassini, son coin de pays. L'auteur-compositeur-interprète de 36 ans qui a roulé sa bosse dans les bars depuis 20 ans nous propose 11 chansons inspirées de son univers et de ses imageries.

«À 13 ans, mon père m'a prêté de l'argent pour acheter une guitare de 130 piastres qui n'avait aucun son de correct et j'ai dû lui rembourser l'argent pendant l'été en ramassant des bleuets», lance l'artiste quand on lui demande comment a commencé son amour pour la musique.

C'est dans un mariage quelques années plus tôt que l'adolescent a senti monter en lui le goût de la musique quand il a vu un cousin jouer de l'orgue. «Mon père avait acheté un synthétiseur et de 10 à 13 ans je m'amusais sur l'instrument; ça m'a permis de faire mes premières compositions», raconte celui qui travaille comme opérateur d'équipements miniers dans une mine d'or du Nunavut au nord du Manitoba.

«Je travaille sur des séquences de 14 jours dans la mine et 14 jours à la maison. C'est un horaire qui me permet de plonger à fond dans l'écriture et la musique», fait valoir celui qui a déjà remporté à l'âge de 15 ans le prix de la chanson du Festival du bleuet de Mistassini dans la catégorie auteur-compositeur-interprète.

L'album qui sortira en début de semaine est le fruit de deux ans de travail avec plusieurs partenaires qui se sont associés à la création. «J'ai fait deux spectacles acoustiques pour voir la réaction du public et ça se passe très bien. En plus des 10 compositions originales, je livre une interprétation de la chanson Chats sauvages de Marjo. Pour nous c'était un coup de coeur et nous étions bien heureux d'avoir fait l'acquisition des droits d'auteur pour cette pièce qui connaît un grand succès en salle», exprime le Jeannois.

Il travaille là-dessus depuis deux ans et différents partenaires se sont associés à la création. Dany Sauvageau avoue qu'il n'y a pas plusieurs bars de chansonniers au Québec où il n'a pas gratté sa guitare. «J'ai tourné une douzaine d'années dans les bars. C'est une dure école, mais une bonne école. On apprend une foule de choses en jouant près du public. C'est aussi très enrichissant sur le plan musical, car on découvre beaucoup de nouveaux artistes pour rester à jour dans les nouveautés», explique-t-il.

Son dernier album tourne la page sur cette époque qui fait maintenant partie du passé. «Aujourd'hui, je préfère me produire devant 50 personnes qui aiment mon matériel au lieu de chanter les chansons des autres devant 300 personnes», confie celui qui est très actif sur les réseaux sociaux.

«Internet est une très belle vitrine pour les artistes. Nous n'avons pas encore fait le lancement et plus de 700 ''J'aime'' sont apparus sur notre page Facebook et nous avons fourni peu de matériel», constate Dany Sauvageau qui est impatient de rencontrer son monde lors du lancement régional à la salle Le Météore le 22 octobre.

Une tournée provinciale se prépare après le lancement et les billets sont en vente pour le spectacle prévu le 29 novembre à la Salle Desjardins de Dolbeau-Mistassini.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer