Coup de grâce

Belle soirée éclectique

Annie-Claude Deschênes donne tout un spectacle. Une intensité... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

Annie-Claude Deschênes donne tout un spectacle. Une intensité rarement vue.

(Photo Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

(Saint-Prime) Le hip-hop des Dead Obies est contagieux. Ils l'ont démontré clairement lors de 2e soirée du Coup de grâce de Saint-Prime.

La bande aligne les textes dans une énergie débordante. Ils ont une belle inventivité verbale pour ce genre de musique typée. Pas surprenant qu'ils se démarquent tant. C'est musical, dansant et enivrant. Les cinq chanteurs se complètent, se répondent, nuancent dans un maelstrom de textes scandés. Difficile de tout saisir le sens de ces paroles engagées qui déferlent à la vitesse de l'éclair.

Même si la Grange était moins bondée que d'habitude, les spectateurs appréciaient l'énergie débordante du groupe. Dead Obies a une belle folie qui fait penser à l'occasion aux Beastie Boys.

C'est drôlement bien fait et très efficace. On se surprend à se laisser prendre au jeu,

Ils ont même eu la jolie idée d'inviter Fred Fortin pour une pièce. Moment fort de cette soirée un peu folle et iconoclaste qui présentait trois formations complètement différentes.

Comme les Dead Obies ont commencé très tard, il nous restait peu de temps pour rendre compte de cette soirée.

Pypy

Dire qu'Annie-Claude Deschênes est une étrange chanteuse est peut dire. Son projet Pypy déménage. La fougueuse chanteuse pousse ses textes tentant de se faire un chemin à travers un trio qui garroche un rock agressif. On dirait Voivod avec une voix féminine. Elle hurle, crache et vocifère pendant que le groupe se démène entre le punk, le stoner rock et quelque chose qui fait penser à Nick Cave.

Rien pour désarçonner le public rassemblé à la Grange. Ils sont habitués à ce genre de prestations décoiffantes. Plus la soirée avançait et plus la foule embarquait dans cette folie musicale. Pypy a gagné son pari. Les limites sont celles que nous imposons.

The Solids

Guitare saturée, batteur en mission, le duo The Solids a ouvert la 2e soirée du Coup de grâce sans compromis. Les deux musiciens ont commencé à jouer accotés dans le fond et n'ont jamais lâché la pédale de gaz.

Un rock rageur avec une guitare tranchante comme J Mascis de Dinosaur Jr, les harmonies vocales en plus. Un batteur à l'énergie qui fait penser à Grant Hart de Hüsker Dü; le résultat, un mur de son incontrôlable. Ils étaient deux, ils sonnaient comme dix. Belle découverte dans la lignée de Japandroids. À suivre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer