Deuxième inauguration du Cénotaphe

Le vent n'a pas eu raison des flammes

Les quatre canons du Cénotaphe ont craché des... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Les quatre canons du Cénotaphe ont craché des flammes au centre-ville de Chicoutimi, hier, lors d'une cérémonie à laquelle ont participé le maire de Saguenay, Jean Tremblay, le sculpteur Armand Vaillancourt, ainsi qu'un vétéran âgé de 90 ans, Gérard Comeau.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Daniel Coté
Le Quotidien

(Chicoutimi) Au même titre que le temps qui n'a pas de prise sur Armand Vaillancourt, le vent n'a pas empêché des flammes de jaillir du Cénotaphe de Chicoutimi, hier, lors d'une cérémonie tenue devant l'hôtel de ville. Pour la première fois depuis son inauguration en 1959, un système au gaz a permis aux quatre canons de concrétiser la vision de l'artiste, qui vient de compléter la restauration de son oeuvre.

« Quand il ne vente pas, les flammes sont belles », a commenté un homme qui fut témoin de la démonstration en compagnie de plusieurs dizaines de personnes. En plus du sculpteur et du maire de Saguenay, Jean Tremblay, on remarquait la présence de représentants de la Base de Bagotville, ainsi que d'une forte délégation de la Légion canadienne.

Tous étaient heureux de retrouver le monument commandé par le Jeune Commerce de Chicoutimi afin de rendre hommage aux militaires ayant perdu la vie pendant les deux guerres mondiales. Il y avait même un membre de cette organisation, un ancien jeune du nom de Jean Laflamme, dont le nom de famille n'a jamais été aussi approprié.

Il a évoqué avec humour les doutes soulevés par le choix d'Armand Vaillancourt, à l'époque. Il est vrai qu'on présentait cet homme comme un « flyé », un moderne qui ne craignait pas, non plus, de s'afficher avec des Communistes. Or, non seulement a-t-on persisté, mais l'homme d'affaires John Murdock, qui avait rang de colonel, a déboursé de sa poche afin que le projet aboutisse.

La guerre, hier et aujourd'hui

Devenu l'un des repères visuels du centre-ville, le Cénotaphe accusait le poids des ans lorsque la ville a dégagé une somme de 50 000 $ pour le remettre en état. Il est rare qu'un artiste soit encore d'attaque - ou même vivant - pour mener à bien ce genre de mission, surtout à un demi-siècle de distance. C'est donc avec une joie sans partage que le maire a souligné la contribution de l'homme de 85 ans.

« Ça ne doit pas être le même Armand Vaillancourt, puisque ça fait 55 ans. Il doit être réincarné », a lancé Jean Tremblay, ce qui a amusé le principal intéressé. Sur un ton plus solennel, le premier magistrat a rappelé à quel point la Deuxième Guerre mondiale avait coûté cher en vies humaines et en matériel, avant de tracer un parallèle avec la situation actuelle.

« On vient de nous annoncer que le Canada est en guerre et on ne sait pas l'ampleur que ça peut prendre. (...) Il ne faut jamais oublier et je pense que dans des occasions pareilles, il y a des genoux qui peuvent plier vite », a énoncé le maire en faisant allusion à une taquinerie que venait de lui faire Armand Vaillancourt, à l'effet qu'il ne voulait pas prier dans la salle du conseil.

Eux qui n'avaient pu se voir lors des travaux de restauration, malgré les tentatives effectuées par Jean Tremblay, ont vite développé des atomes crochus. Ils étaient manifestement fiers de voir le Cénotaphe retrouver des airs de jeunesse grâce à une série d'interventions comprenant le sablage du métal, le nettoyage du socle de béton et le recours à la soudure pour prévenir les infiltrations d'eau.

« On va revenir au printemps afin d'appliquer une potée. Il reste des petites choses à régler, mais après, le monument va durer encore 100 ans », a promis le sculpteur à la faveur d'une brève intervention effectuée à l'intérieur de l'hôtel de ville. Tout le monde s'est ensuite dirigé vers le Cénotaphe pour la deuxième partie de la cérémonie, tenue sous un ciel nuageux. Un ciel de novembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer